Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mardi 26 février 2019

Peut-il y avoir plusieurs générations Passe-Partout?

Publié le

Chu Anh Pham, David Bussières et Marie-Michèle Giguère au micro de Catherine Perrin.
Chu Anh Pham, David Bussières et Marie-Michèle Giguère   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Le verdict est tombé sur la nouvelle mouture de la série classique de 1977 : les tout-petits adorent, les plus vieux, qui ont connu l'ancienne version, sont mitigés, et les parents, eux, sont ravis d'avoir un nouveau rendez-vous familial devant l'écran. Trois parents qui ont aussi été élevés par Passe-Partout racontent à Catherine Perrin comment leurs familles ont accueilli les nouveaux visages de Cannelle, de Pruneau, de Passe-Montagne et de Passe-Carreau.

David Bussières, du duo Alfa Rococo, déplore que la nouvelle série ait une musique plus proprette, mais souligne que ses deux jeunes enfants ont été captivés par ce qu’ils ont vu.

Belle adaptation

« C’est un peu interactif, alors ma fille répondait beaucoup, ce qui n’arrive pas souvent. Elle a beaucoup interagi, et je trouvais ça beau, dit-il. Il y a un petit ajustement à faire pour les marionnettes. […] Mais par contre, j’ai trouvé que c’était une belle adaptation. Le décor est épuré. On est habitués à se faire bombarder de décors super chargés. Ça faisait du bien. »

Rassembleur

Dans la famille de Marie-Michèle Giguère, il y a de grands écarts d’âge : un bambin de 3 ans et demi, deux filles de 9 et 12 ans. « Plus c’était petit, plus l’enthousiasme était grand », déclare-t-elle pour résumer les réactions. « Ça n’arrive jamais qu’on s’assoie tous les cinq devant la télé. Pour une fois, ça intéressait autant mon chum et les grandes, qui ont quand même écouté les épisodes originaux. […] J’étais contente d’avoir tout mon monde collé. »

« Les plus vieux étaient bien mieux »

Atmosphère semblable chez les quatre enfants de Chu Anh Pham : « Toby, le plus petit qui a 2 ans, a très bien réagi. Il a adoré ça, il buvait son biberon en même temps. Il était captivé par tout ce qui se passait. Les trois autres sont des saboteurs de première. [...] Ils essayaient fort de convaincre Toby que ce n’était pas bon. Ils n’ont pas aimé les personnages, ils n’ont pas aimé les marionnettes… Ils m’ont carrément dit : "Les plus vieux étaient bien mieux." »

Chargement en cours