Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du jeudi 14 février 2019

Les décorateurs de restaurants, héros oubliés des repas réussis

Publié le

Zébulon Perron, Amlyne Phillips et Jean De Lessard au micro de Catherine Perrin.
Zébulon Perron, Amlyne Phillips et Jean De Lessard   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Ils ont étudié l'architecture, l'art ou le design, mais ont choisi de prêter leurs talents aux salles à manger de restaurants pour rehausser l'expérience des clients. Zébulon Perron, Jean De Lessard et Amlyne Phillips parlent à Catherine Perrin de l'importance de créer une forte impression, mais aussi de se méfier des tendances du moment et d'imaginer leurs créations dans 5, 10 ou 15 ans.

Connu pour son travail dans des établissements montréalais comme Un Po’ Di Piu, Montréal Plaza, Café Parvis et Impasto, Zébulon Perron note que les restaurateurs sont désormais plus enclins à investir dans la décoration. « Dans un milieu très compétitif comme celui de Montréal, il faut avoir toutes les chances de son côté », dit-il.

« On contrôle vraiment l’expérience totale, poursuit-il. Ce que les gens touchent, la lumière… À partir d’une intention, on peut bâtir quelque chose. L’architecture est un métier pas facile où beaucoup choses vont contraindre ce qu’on peut faire, alors qu’à cette échelle-là, on a plus de liberté. »

Gros coûts, grands espoirs

« J’ai une clientèle très audacieuse », affirme Jean De Lessard, responsable de l’allure d’endroits comme The Standard, le bar Ganadara et Kinoya Izakaya. « Ils veulent être connus. […] Installer une cuisine commerciale, c’est minimum 100 000 $, une hotte de ventilation, c’est minimum 20 000 $. C’est ce genre de coût là qu’ils essaient d’absorber. On essaie d’aller chercher le retour sur l’investissement assez rapidement, parce qu’on sait que la rotation des cafés, des bars et des restaurants est assez rapide. »

Pour lui, les réseaux sociaux ont certainement changé la donne.

Les clients me disent : "Je veux un espace où les clients se prennent en photo."

Jean De Lessard

La créativité au menu

Amlyne Phillips est la plus jeune du trio, mais elle a déjà à son actif la décoration du Parloir, du Café Bazini, de Kozu, de Kampaï Garden et de Jatoba. Dès l’enfance, elle montrait des prédispositions : « Mes maisons de poupées, c’est moi qui les faisais. Je faisais mes plans moi-même, les meubles, les couleurs… tout », indique-t-elle.

Voici comment elle décrit sa signature : « Je dirais que c’est chic; féminin, mais éclectique, parce que j’aime beaucoup l’histoire, mais j’aime aussi beaucoup la base de l’architecture, ce qui est très linéaire. J’aime l’équilibre [entre ce qui est] éclectique et moderne. »

Chargement en cours