Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mercredi 13 février 2019

À quoi devrait ressembler la tenue de ville en 2019?

Publié le

Une femme et un homme en tenue de ville discutent, assis au bord d'un trottoir.
Une femme et un homme en tenue de ville discutent.   Photo : iStock

Les députés ne devraient plus être tenus de porter la cravate et devraient pouvoir porter un jean foncé bien coupé, assorti d'un veston, croient Lolitta Dandoy et Louise DesChâtelets. Marc-Patrick Chevalier, lui, estime que le jean et toute forme d'expression d'individualité sont à proscrire. Au micro de Catherine Perrin, la journaliste mode, la chroniqueuse et le styliste discutent de l'importance, pour un représentant public, d'avoir un habillement suffisamment distingué, mais pas trop.

Nos invités réagissent à l’appel du président de l’Assemblée nationale, François Paradis, au respect de la tenue de ville en attendant qu’une discussion formelle ait lieu à ce sujet, dans la foulée des choix vestimentaires controversés de Catherine Dorion et de Sol Zanetti.

Officiellement, une tenue de ville correspond à un complet-cravate, des chaussures fermées et une chemise habillée pour les hommes, et à un tailleur, un chemisier, une jupe ou des pantalons habillés pour les femmes.

Pour des assouplissements

« Il faut considérer l’évolution de la société et l’évolution des mœurs, plaide Lolitta Dandoy. Un jean comme ceux que l’on accepte dans les entreprises lors des fameux vendredis décontractés [est admissible]. […] Un homme peut être très bien mis en portant un beau pull, un beau polo impeccable. Le veston apporte encore une stature que je considère comme importante, mais autour de ça, il peut y avoir un peu d’assouplissement. »

Au-dessus de la mêlée

« Quelqu’un qui est élu par la collectivité doit être une coche au-dessus de la mêlée pour signifier qu’il a un certain pouvoir de plus que les autres, fait valoir Louise DesChâtelets. On l’a choisi pour représenter tout le monde. C’est une manière de prendre son rôle au sérieux et de dire aux gens : "Je vais vous défendre." »

Le vêtement est ta première prise de parole.

Louise DesChâtelets

Un rôle, un uniforme

« C’est sûr qu’avoir des bottes de combat peut nous mettre dans l’ambiance, mais je ne pense pas que ce soit approprié pour représenter les gens en général, déclare Marc-Patrick Chevalier. Il faut s’habiller en adulte, quand on est rendu là. »

Avoir trop d’ouverture va provoquer des dérapages assez rapidement.

Marc-Patrick Chevalier

Il dit aussi : « Les députés ont un rôle à jouer et un uniforme à porter. C’est par les paroles qu’ils doivent se démarquer, mais je pense que l’emballage, c’est l’essence. Je ne crois pas qu’il faut afficher un laisser-aller vestimentaire pour représenter une faible portion de la population. »

Chargement en cours