Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du jeudi 7 février 2019

À chacun son yoga

Publié le

Mylène Roy, Gabriel Caire et Nicole Bordeleau au micro de Catherine Perrin.
Mylène Roy, Gabriel Caire et Nicole Bordeleau   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Yoga danse, yoga athlétique, yoga chaud, yoga sivananda... Aucune variante de la philosophie indienne, basée sur la méditation et les exercices, ne serait réellement supérieure aux autres. Selon Mylène Roy, Nicole Bordeleau et Gabriel Caire, trois professeurs de yoga, l'important, c'est le sérieux et l'application qu'on y met. Les trois yogis expliquent à Catherine Perrin que l'adaptation fait partie inhérente de l'histoire du yoga.

« La raison pour laquelle on reste n’est peut-être pas la même que la raison pour laquelle on entre », dit Mylène Roy au sujet de la pratique du yoga. « Toutes les portes me semblent assez valables. Tu peux entrer pour ta cellulite, pour des [raisons] qui seraient celles pour lesquelles on irait au gym… Mais quelque chose de pernicieux va se passer : on va t’inviter à respirer. La respiration, ça ouvre des portes à l’intérieur de soi. »

Tous les chemins mènent à Om

« Si quelqu’un aime beaucoup les animaux, aime pratiquer en nature [et décide] que sa première classe de yoga sera du yoga avec les chèvres, je n’ai pas de jugement à porter là-dessus, affirme Nicole Bordeleau. Je ne suis pas certaine que dans 10 ans, la personne fera encore du yoga avec des chèvres; peut-être qu’elle ira vers le sivananda, le dunga ou un yoga qui me ressemble. »

La facilité est une alliée

« J’ai déjà pratiqué les autres styles [de yoga] avant de faire du sivananda », souligne Gabriel Caire, dont le type de yoga de prédilection serait le plus proche du yoga traditionnel, tel qu’il se pratique en Inde.

Il dit adhérer à plusieurs préceptes des autres formes que la sienne. « C’est plus facile pour Monsieur et Madame Tout-le-Monde, aujourd’hui, de pratiquer un yoga qui est [basé sur les] mouvements. […] Je vois beaucoup d’utilités à ça. En Amérique du Nord, on a assimilé le yoga à quelque chose de physique, comme si c’était juste les postures. Les postures, c’est 1/8 du yoga. C’est simplement un outil pour s’asseoir et simplement méditer. »

L’Expo Yoga aura lieu du 8 au 10 février au Palais des congrès de Montréal.

Chargement en cours