•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment lutter contre le tourisme de l’accouchement

Médium large

Avec Catherine Perrin

Comment lutter contre le tourisme de l’accouchement

Audio fil du vendredi 1 février 2019
François Audet, Stéphane Handfield et Anne-Marie Bellemare au micro de Catherine Perrin.

François Audet, Stéphane Handfield et Anne-Marie Bellemare

Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

La loi canadienne sur la citoyenneté doit être modifiée afin de rendre conditionnelle l'obtention de cette dernière pour les bébés nés au pays de parents étrangers. C'est la solution que préconisent des spécialistes pour endiguer le problème des femmes d'autres pays qui viennent accoucher au Canada afin d'assurer à leur enfant la citoyenneté canadienne, en vertu des principes de droit du sol et du droit du sang prévus par la loi. Nos invités parlent à Catherine Perrin de l'importance d'éviter les abus commis par des familles riches et des réseaux de passeurs sans fermer la porte à l'immigration ni aux besoins humanitaires.

Nos invités sont François Audet, de l’Observatoire canadien sur les crises et l’aide humanitaire, Stéphane Handfield, avocat, et Anne-Marie Bellemare, travailleuse sociale.

Abusif

« On parle de gens qui ont des moyens assez importants, il faut le dire, pour s’acheter littéralement la citoyenneté pour leurs enfants, souligne François Audet. Je considère assez abusif de passer par une espèce de système indirect pour permettre à une famille complète, riche, d’accéder aux services sociaux canadiens. »

La mondialisation et les flux migratoires des 20 dernières années ont un peu transformé l’utilisation des règles du jeu. Des brèches ont été très bien exploitées. Il faudra les colmater.

François Audet

Limites nécessaires

Stéphane Handfield raconte que le dernier gouvernement conservateur avait développé un projet de loi pour rendre ce droit conditionnel à ce qu’au moins l’un des deux parents d’un bébé né au Canada soit résident permanent. « Ce n’est pas immensément exigeant, dit-il. On pourrait revoir ce projet de loi pour inclure, entre autres, les personnes vulnérables – des demandeurs d’asile ou des personnes sans statut […] qu’on ne peut renvoyer dans leurs pays d’origine. »

Il faut faire attention de ne pas faire un amalgame, de ne pas mélanger les bébés passeports et l’immigration. Je le vois, vraiment, qu’on tente de mélanger tout ça, et ce sont deux choses complètement différentes.

Auteur

Propice à l’injustice

Anne-Marie Bellemare déplore que le problème soit mal documenté par les hôpitaux, et traité de façon inéquitable par ces derniers – certains sont devenus méfiants au point d’éconduire des immigrantes légitimes, d’autres font preuve de laxisme. « C’est préjudiciable pour d’autres qui viennent accoucher. Des fois, il y a un peu de dérapages », note-t-elle.

Elle ajoute : « Ce serait un peu intrusif que l’hôpital demande les papiers d’immigration, mais on pourrait déjà faire un bon ménage, je pense. »

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi