Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mardi 18 décembre 2018

Affichage : la ministre Nathalie Roy veut être plus sévère

Publié le

Nathalie Roy au micro de Stéphan Bureau.
Nathalie Roy   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Chargée par François Legault de faire retrouver aux Québécois la fierté de leur culture, la nouvelle ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Langue française entend appliquer plus fermement la Charte de la langue française. Elle souhaite également inciter le fédéral à être plus intransigeant envers les géants du web à l'égard de la taxation, et se dit favorable à un financement accru de Télé-Québec. Nathalie Roy raconte à Stéphan Bureau avoir demandé à voir le curriculum vitae des employés de son ministère.

« Pour moi, c’est important qu’on applique la loi 101 et qu’on l’applique avec jugement, et qu’on ne s’enfarge pas dans les fleurs du tapis, parce que dans l’entreprise, il y a un petit bouton sur la cafetière où il est écrit On-Off, déclare Nathalie Roy. Ça n’est pas ça, le problème. Ce que je dis, c’est que lorsqu’une entreprise affiche uniquement dans une autre langue que le français, ça, ça me choque. C’est le visage même de Montréal et du Québec. Il faut y remédier. Il faut appliquer la loi. Oui, je serai sévère à cet égard-là et j’appliquerai la loi. »

Impitoyable, c’est un gros mot. Il faut savoir user de discernement.

Nathalie Roy

Médias : pour des règles équitables

En ce qui concerne la taxation des géants du web et l’aide aux médias, la ministre entend pousser dans le dos du fédéral, notamment en réclamant une commission parlementaire sur le thème du droit à l’information. « Il va falloir qu’il y ait une forme de redistribution, dit-elle. Ça peut prendre différentes formes. Ça peut être des redevances, de l’aide aux créateurs, ça peut être différentes formules, mais il faut que tous nos joueurs, dans l’écosystème culturel, jouent sur la glace avec des règles équitables pour tous.

« J’ai dit à mon homologue fédéral, M. Pablo Rodriguez : "Nous allons vous arriver avec des solutions du milieu, des solutions québécoises", annonce Mme Roy. Avec ça, on mettra de la pression pour qu’ensemble, avec le fédéral, on trouve des solutions pour faire plier […] les GAFA [Google, Apple, Facebook, Amazon] de ce monde pour qu’il y ait plus d’équité dans cet écosystème. »

Chargement en cours