Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mardi 20 novembre 2018

Le plaisir des histoires selon François et Élise Gravel

Publié le

Élise et François Gravel au micro de Catherine Perrin.
Élise et François Gravel   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Il est derrière les séries Klonk et David. Elle a publié l'immensément populaire Une patate à vélo, ainsi que Je suis terrible et Tu peux. Professeur d'économie, il s'est mis à écrire, un rêve de jeunesse, au tournant de la trentaine. Elle a marché dans les traces de son père en voulant développer ses aptitudes de graphiste. François et Élise Gravel expliquent à Catherine Perrin qu'ils écrivent d'abord pour l'enfant en eux.

« J’ai beaucoup de plaisir à faire mes livres, mais pourquoi je les fais, comment je les fais, les thèmes que j’aborde… Je ne pense pas à ces sujets-là. Je pense à écrire une histoire, et je le fais avec le plus de plaisir possible », dit François Gravel.

Gagner son ciel

« Pour moi, l’enfance n’est pas une période dorée. C’est une série de problèmes, poursuit l’auteur. On en sort des fois indemnes, mais ce n’est pas toujours vrai, et on passe le reste de notre vie à comprendre ce qu’on a fait. Et moi, j’essaie de consoler l’enfant que j’étais. Je ne pense pas que mon enfance a été pire que celle des autres, mais je pense que ce n’est vraiment pas facile d’être un enfant. Le fait qu’on les aide en faisant des livres, c’est ça qui va faire que je vais aller au ciel quand je vais mourir. »

Pour l’amour des « blagues de pets »

« J’ai eu bien du fun comme enfant, et j’ai l’impression de ne pas encore être sortie de l’enfance, affirme pour sa part Élise Gravel. J’essaie [très fort] d‘être une adulte, mais ça ne fonctionne vraiment pas toujours très bien. Tout ce qui est l’organisation adulte, les impôts… Tout ce qui demande d’être discipliné. Je ne suis pas du tout bonne en "adultitude". Par contre, j’ai encore beaucoup de fun, j’aime encore jouer, j’aime encore inventer des niaiseries et j’ai encore beaucoup de fun avec les blagues de pets. Donc, je n’en suis pas sortie, moi, de l’enfance, et j’ai l’intention d’y rester. »

Chargement en cours