Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mercredi 7 novembre 2018

Oumuamua, le cigare extraterrestre à l’origine mystérieuse

Publié le

Oumuamua, un astéroïde intriguant : Discussion
Photo : ESO/M. Kornmesser

Astéroïde ou sonde spatiale extraterrestre? Apparu à la fin de 2017 sur les radars, un objet à la trajectoire inhabituelle, baptisé Oumuamua, intéresse les scientifiques parce qu'il est le premier corps connu à être passé d'un autre système solaire au nôtre. L'astrophysicien Robert Lamontagne et l'astronome Frédérique Baron mettent Catherine Perrin en garde contre la tentation de prendre les dessins de l'objet pour la réalité, et expliquent qu'il permet d'ouvrir un nouveau champ d'études en astronomie.

Détecté en octobre 2017, Oumuamua s’est dérobé aux regards des télescopes dès janvier 2018. Il a donc été observé pour une brève période seulement, et de très, très loin. « La couleur est plutôt rougeâtre, ce qui veut dire qu’il y a fort probablement du matériel organique à la surface, des molécules formées dans l’espace et qui contiennent des atomes de carbone, souligne Robert Lamontagne. C’est un peu comme ce qu’on trouve dans d’autres astéroïdes de notre propre système solaire. »

« Il a une forme tout à fait inhabituelle. C’est quand même peu commun », note Frédérique Baron.

Du pixel au dessin

Elle et M. Lamontagne rappellent que la photo ci-dessus est l’œuvre d’un artiste qui s’est basé sur les données recueilles par des instruments. « On est très loin de pouvoir voir les exoplanètes – ou beaucoup de choses encore dans notre univers – avec autant de détail que ce qui peut être [montré] dans une représentation artistique », dit l’astronome.

« Ce qu’on voit, ce sont en fait quelques pixels lumineux sur une image, ou un spectre », indique-t-elle au sujet des images réellement reçues par les scientifiques. « On dit que l’astéroïde est passé très proche de la Terre, mais c’est quand même à 28 millions de kilomètres. En données astronomiques, c’est proche, mais c’est quand même très loin pour avoir une photo. On sait que les pixels ont une luminosité [qui change] dans le temps et que ça correspond à une forme allongée. »

Probablement pas un objet construit

Quant à la probabilité qu’il s’agisse d’une technologie extraterrestre, elle est très, très faible, selon nos invités. « Ce qui soulève [des questions], c’est que sa vitesse a changé de façon inhabituelle, affirme Robert Lamontagne. Est-ce que c’est un objet qui a des propriétés qui ressemblent un peu à celles d’une comète, ou est-ce un objet qui ressemble un peu à ce qu’on appellerait une voile solaire? Si c’est le cas, peut-être est-ce une technologie extraterrestre. »
Il poursuit : « Ce qui est assez amusant, c’est que cette espèce de tabou de parler de technologie extraterrestre tend à être levé. À l’occasion, ça fait partie des hypothèses que l’on doit explorer. »

Chargement en cours