Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du lundi 5 novembre 2018

Les liens entre la maladie d'Alzheimer et les problèmes psychologiques

Publié le

Une femme et deux hommes sont dans un studio devant un micro.
Nicole Vaillancourt, Judes Poirier et Alain Robillard   Photo : Radio-Canada / Ronald Georges

Catherine Perrin fait le point sur la maladie d'Alzheimer en compagnie de deux de ses grands spécialistes, Judes Poirier, professeur au Département de médecine et de psychiatrie à l'Université McGill et directeur du Centre d'étude sur la prévention de la maladie d'Alzheimer à l'Institut Douglas, Alain Robillard, neurologue de la cognition à l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont, ainsi que d'une aidante naturelle, Nicole Vaillancourt.

Le quatrième Congrès québécois sur la maladie d'Alzheimer et les maladies apparentées, organisé par l'Association des médecins gériatres du Québec (AMGQ) et le Réseau des cliniques de mémoire du Québec, se déroule à Laval, du mercredi 7 au vendredi 9 novembre.

Le congrès porte plus distinctement sur les liens entre l’alzheimer et les problèmes psychiatriques, car les symptômes peuvent être confondus, précise Alain Robillard.

Le conjoint de Nicole Vaillancourt est atteint de la maladie depuis huit ans. En septembre dernier, il a été admis en CHSLD, car son état s’est détérioré. Mme Vaillancourt a demandé de l’aide avant de souffrir d’épuisement. « C’est une maladie qui est très lourde à tous points de vue, qui est entachée de plusieurs deuils qui s’accumulent », rappelle Alain Robillard.

Même si les patients et les aidants naturels vivent des frustrations en raison de la maladie, Judes Poirier indique que des découvertes majeures sur la génétique de l’alzheimer ont été effectuées. « Il y a eu une compréhension de la biologie de la maladie qui a explosé ces dernières années. On comprend quelles molécules changent, comment le cerveau combat le processus dégénératif. »

Malheureusement, les essais cliniques pour le développement d’un traitement et d’un vaccin ne sont pas concluants jusqu’à présent.

Chargement en cours