•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Médium large

Avec Catherine Perrin

Les plaies ouvertes d’André Brassard dans un documentaire-choc

Audio fil du jeudi 11 octobre 2018
Marie-José Raymond, André Brassard et Claude Fournier au micro de Catherine Perrin.

Marie-José Raymond, André Brassard et Claude Fournier

Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Bourreau de travail peu doué pour les relations humaines, esprit fin doté d'une grande capacité d'analyse et d'un humour brut, homme blessé à l'enfance trouble... Voilà ce que Claude Fournier et Marie-José Raymond ont découvert d'André Brassard en tournant Notre été avec André, un documentaire sur la vie et le parcours du metteur en scène responsable, notamment, des succès au théâtre de Michel Tremblay. En compagnie du réalisateur et de la productrice, André Brassard, affaibli depuis un accident cardiovasculaire survenu en 1999, raconte à Catherine Perrin que le film a permis un rapprochement avec Michel Tremblay, avec qui il est en froid.

« Je repense aux années de complicité, au plaisir de créer, au plaisir de jaser, puis je me rends compte que, malgré les années, je m’ennuie. Bien oui, je m’ennuie! » dit André Brassard, au sujet de Michel Tremblay, qui lui verse un salaire mensuel depuis l’accident qui l’a cloué à un fauteuil roulant, même si les deux hommes ne se parlent pas. « On s’écrit. Il y a un contact qui reste assez distant. Moi, j’aurais envie de plus me rapprocher, mais lui n’a pas l’air d’en avoir envie, alors je respecte ça. »

Ce qui me frappe beaucoup chez Brassard, c’est cette notion, dès le début de sa vie, qu’il est méchant. Pour moi, c’est très surprenant.

Claude Fournier

Retour aux sources

« Soixante ans plus tard, c’est comme si je revenais aux origines du cinéma-vérité que j’ai connu, affirme Claude Fournier, qui a 87 ans. Ça faisait 50 ans que je n’avais pas touché au documentaire. Au fond, c’est comme si ma vie à moi se bouclait aussi, parce que j’ai commencé par du documentaire et du cinéma-vérité, et il n’y a pas plus cinéma-vérité que ce que j’ai fait là, avec André. Dans le cinéma-vérité, ce sont les liens qui s’établissent entre les sujets qui sont importants. »

Restants d’enfance

« Je pense que quand on arrive avec la vérité auprès des gens, ils ne peuvent pas faire autre chose que de nous donner la vérité, déclare Marie-José Raymond, conjointe et partenaire de création de M. Fournier. Michel [Tremblay] a été un enfant aimé. André a été un enfant mal aimé. De voir les répercussions d’une enfance – nous avons des enfants, nous savons ce que c’est – est l’un des aspects du film qui m’a beaucoup bouleversée. »

Le film Notre été avec André sera présenté le 12 octobre au cinéma Impérial, à Montréal, à l’occasion du Festival du nouveau cinéma, puis le 14 octobre à la Cinémathèque québécoise, à Montréal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi