•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Médium large

Avec Catherine Perrin

Le génocide des Rohingyas, reconnu par le Canada

Audio fil du lundi 24 septembre 2018
On voit un homme qui transporte une jeune fille sur son dos. Un garçon marche à côté d'eux.

Le 6 septembre 2017, une famille rohingya du Myanmar qui a traversé la frontière pour se réfugier au Bangladesh attend d'être transportée dans un camp.

Photo : Unicef

Le 20 septembre, le gouvernement canadien a adopté une résolution pour qualifier de génocide les crimes commis contre la minorité musulmane rohingya. La journaliste de La Presse Agnès Gruda et la coordinatrice de projet Montreal de l'Institut montréalais d'études sur le génocide et les droits de la personne à l'Université Concordia Marie Lamensch expliquent l'intention de l'armée birmane de vouloir anéantir ce groupe religieux.

Il reste un demi-million de Rohingyas dans un territoire inaccessible à l’aide humanitaire. Leur situation catastrophique est niée par l’ancienne dissidente et lauréate du prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi et la majorité bouddhiste de Birmanie.

En août dernier, un rapport du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme a indiqué qu'Aung San Suu Kyi, à la tête du gouvernement civil birman, aurait dû démissionner en signe de protestation contre le nettoyage ethnique des Rohingyas. La résolution du Canada du 20 septembre vient endosser ce rapport.

C’est la première fois que le gouvernement du Canada déclare qu’une situation est un génocide pendant que cet événement a lieu.

Marie Lamensch

Selon Marie Lamensch et Agnès Gruda, le Canada devrait mettre de la pression sur Aung San Suu Kyi, sur son gouvernement et sur le Bangladesh pour que cesse le génocide des Rohingyas. Pour l'instant, les actions du gouvernement canadien consistent surtout à l'envoi d’argent à ces réfugiés.

Marie Lamensch et Agnès Gruda en entrevue au studio 18 de Radio-Canada, à Montréal, le 24 septembre 2018.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Marie Lamensch et Agnès Gruda

Photo : Radio-Canada / Mathieu Arsenault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi