Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du lundi 10 septembre 2018

Les affiches électorales, un mal nécessaire

Publié le

Pancartes de Jean-Denis Girard du Parti libéral du Québec et Jean Boulet de la Coalition avenir Québec
Des pancartes électorales dans une rue de Trois-Rivières.   Photo : Radio-Canada / Jef Fortier

« Les affiches servent à voir un visage, un nom, pour ensuite aller s'informer sur Internet. » L'ancienne élue Elsie Lefebvre s'entend avec le stratège en relations publiques Louis Aucoin et le professeur de communication Thierry Giasson sur l'utilité des pancartes électorales. Ils soulignent l'importance de ce support pour que des citoyens moins intéressés par la politique puissent avoir un minimum d'information sur les élections en cours.

Elsie Lefebvre décrit les stratégies adoptées par les partis pour bien positionner les affiches. Elle indique, entre autres, qu’il est important de les changer si elles sont vandalisées. De son côté, Thierry Giasson croit qu’elles doivent se démarquer par leur slogan, leurs couleurs et une bonne photo dans un espace public surchargé.

« Je trouve qu’on manque de créativité. » Louis Aucoin affirme que les partis devraient faire preuve d’originalité avec les campagnes, à l’instar des libéraux fédéraux en 2015 qui invitaient les électeurs à y capter de l’information en réalité augmentée avec leur téléphone intelligent.

Nos invités

Louis Aucoin, stratège en relations publiques à Tesla RP, il a aussi participé à l'organisation de nombreuses campagnes électorales.
Elsie Lefebvre, ex-élue sur les scènes provinciale et municipale
Thierry Giasson, professeur de communication à l'Université Laval

L'autobus de campagne de la candidate Danielle Smith, en 2012.
Comme mentionné par Louis Aucoin, la photographie de Danielle Smith n'avait pas été placée au bon endroit sur son autobus de campagne. Photo : Radio-Canada

Chargement en cours