Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mercredi 5 septembre 2018

La vulnérabilité assumée de Koriass

Publié le

Koriass au micro de Catherine Perrin.
Koriass   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Le mépris de soi-même, la folie, le détachement, le déchirement familial... Ce ne sont quelques thèmes que le rappeur de Québec aborde sur son nouvel album, La nuit des longs couteaux. Après le succès de Love suprême, qui avait révélé la facette féministe de l'artiste, Koriass reconnaît ne pas avoir eu les reins assez solides pour encaisser les répercussions de la popularité. Le rappeur parle à Catherine Perrin de son séjour dans une aile psychiatrique et de ses regrets d'avoir « profité » de l'aura que lui a donnée son engagement.

« Je ne veux pas me victimiser, devenir le porte-étendard des gens qui ont des problèmes de santé mentale. Je me suis un peu moi-même mis des bâtons dans les roues, dans cette période-là », affirme Emmanuel Dubois au sujet de la période trouble qui a inspiré son nouvel opus. « J’ai comme "shifté" mes priorités, quand j’ai commencé à avoir du succès. J’ai voulu un peu abandonner ma famille. »

Syndrome de l’imposteur

Le rappeur remet en question sa prise de parole pour sensibiliser les jeunes au consentement sexuel. « J’ai fait tout ça avec les meilleures intentions, en voulant vraiment aider, dit-il. C’est juste que je pense avoir un peu trop profité du regard attendri qui venait avec ça. Me faire dire que je suis donc un bon, gentil garçon, un beau modèle… C’est une grosse pression à avoir sur les épaules. Quand tu n’es pas réellement un modèle, il y a une espèce de syndrome de l’imposteur qui s’installe et c’est difficile à vivre. »

Je me fais dire : "Bravo, t’es un beau modèle pour les jeunes”, et la semaine d’après, je suis dans une chambre d’hôtel et je passe des nuits blanches sur la coke. Un modèle pour la jeunesse, ça ne fait pas ça.

Koriass

« Si c’était à refaire, je ne le referais pas, déclare-t-il. Je serais engagé, mais sans en parler publiquement. Je pense que l’engagement se fait dans l’action et qu’on n’est pas obligé de se vanter de ses bonnes actions. »

Lourde étiquette

« Le mot "modèle", je ne me le suis jamais collé sur le dos, dit-il. On m’a étiqueté. Tu ne peux pas vivre avec cette étiquette-là. »

L’album La nuit des longs couteaux paraîtra le 14 septembre. Il sera disponible en écoute intégrale sur ICI MUSIQUE à partir du 7 septembre.

Chargement en cours