•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’art de la création de parfums

Médium large

Avec Catherine Perrin

L’art de la création de parfums

Audio fil du lundi 20 août 2018
Des bouteilles du parfum Miss Dior, en 2013

Des bouteilles du parfum Miss Dior

Photo : Getty Images / AFP / Miguel Medina

L'huile essentielle obtenue par distillation pour créer des parfums de qualité nécessite jusqu'à 3000 kilos de fleurs. Deux représentants de la maison Dior, le chargé du patrimoine des parfums Vincent Leret et le parfumeur-créateur François Demachy, décrivent l'univers de ces parfums, reflet d'une culture et d'une époque.

François Demachy s’est joint à Dior en 2006 après avoir appris le caractère des grands parfums de chaque grande maison. Pour concevoir des parfums, il doit connaître à peu près 700 odeurs différentes. Il dit s’entraîner tous les jours pour y parvenir.

« L’immatérialité des parfums amène à une connaissance qui est parfois un peu secrète », affirme Vincent Leret, qui se sent privilégié de participer à la création de produits chez Dior, une maison à l’origine des parfums Miss Dior, Sauvage et J’adore.

Le parfum, c’est un peu comme un vêtement. Ça peut à la fois affirmer une personnalité, mais peut aussi en cacher, en dissimuler une.

François Demachy, parfumeur-créateur

Vincent Leret et François Demachy ont travaillé sur un nouveau parfum de Dior qui portera le nom de Joy. De passage à Montréal, ils présenteront une conférence ce soir à l’occasion du Festival mode et design.

François Demachy et Vincent Leret répondent aux questions de Stéphan Bureau au studio 18 de Radio-Canada, à Montréal, le 20 août 2018.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

François Demachy, parfumeur-créateur, et Vincent Leret, chargé du patrimoine du parfum chez Dior

Photo : Radio-Canada / Mathieu Arsenault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi