•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

MUTEK veut favoriser la place des femmes en musique électronique

Médium large

Avec Catherine Perrin

MUTEK veut favoriser la place des femmes en musique électronique

Audio fil du lundi 20 août 2018
Brigitte Poupart discute avec Stéphan Bureau au studio 18 de Radio-Canada, à Montréal, le 20 août 2018.

La comédienne et metteuse en scène Brigitte Poupart milite pour la reconnaissance du talent des femmes dans le domaine de la musique électronique.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Arsenault

Le festival de musique électronique montréalais MUTEK fait partie du programme KEYCHANGE, qui vise la parité homme-femme dans les festivals à travers le monde. La comédienne et metteuse en scène Brigitte Poupart est l'ambassadrice d'un symposium lié à ce programme, organisé par MUTEK, pour favoriser l'autonomie des femmes dans les arts numériques et la musique électronique. Elle explique à Stéphan Bureau pourquoi il est important de mettre de l'avant les talents des femmes dans ces domaines.

Depuis sa sortie du Conservatoire d'art dramatique de Montréal, Brigitte Poupart se bat constamment pour que les femmes soient mieux représentées sur scène. Elle prend aujourd’hui la défense des créatrices de l’univers numérique, souvent ignorées par les hommes qui occupent les postes-clés de programmateurs ou de gérance.

Il y a des gens qui ont peur de perdre leurs privilèges. [...] C’est un boysclub, on ne peut pas se le cacher.

Brigitte Poupart, comédienne et metteuse en scène

« MUTEK a fait un appel de projets spécifiquement pour des femmes. Tout d’un coup, il y a eu une marée de femmes qui se sont inscrites », explique la comédienne et metteuse en scène. Selon elle, les programmateurs doivent s’ouvrir aux créations de ces femmes, qui ne prennent pas toujours leur place.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi