Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Stéphan Bureau
Audio fil du lundi 16 juillet 2018

La viande créée en laboratoire, dans notre assiette d'ici 10 ans

Publié le

Des mains dans des gants de plastique tiennent, dans ce qui semble être un laboratoire, un contenant rond avec de la viande artificielle hachée.
Viande fabriquée en laboratoire.   Photo : iStock / nevodka

Des compagnies travaillent activement à mettre au point des steaks, des filets ou du foie gras composés de cellules animales, mais n'ayant pas nécessité la mise à mort de bœufs, de poissons ou de volailles. Si l'on vous disait que c'était un meilleur choix pour votre santé, pour l'environnement ou pour les animaux, en mangeriez-vous? Ces aliments devraient être dans nos assiettes d'ici 10 ans, selon nos 4 experts réunis pour en débattre.

Le bilan énergétique de la viande créée en laboratoire n'est pas encore connu, s'entendent nos invités. Toutefois, ce serait éventuellement plus économique et écologique, même si la science n'est pas encore tout à fait là aujourd'hui.

« J'ai l'impression que c'est possible, d'ici 10 ans », explique Sylvain Charlebois, professeur en distribution et en politiques agroalimentaires de l'Université Dalhousie, en Nouvelle-Écosse. « Le hic, c'est qu'il y a quand même un attachement historique envers la viande », ajoute-t-il.

La principale barrière de la consommation de ces produits, c'est le goût et la texture, raconte le nutritionniste Bernard Lavallée.

C'est dans la bouche que tout se passe.

Bernard Lavallée, nutritionniste

On aura besoin de plusieurs solutions pour réduire notre empreinte, précise Marianne Desautels-Marissal, journaliste scientifique et biochimiste. Valéry Giroux, coordonnatrice du Centre de recherche en éthique de l’Université de Montréal, rappelle de son côté que même avec la viande synthétique, il y a sacrifice d'animaux, ce qui poserait éventuellement aussi un problème pour les végétariens ou les végétaliens, comme elle.

Valery Giroux, Bernard Lavallée et Marianne Désautels-Marissal
Valery Giroux, Bernard Lavallée et Marianne Désautels-Marissal Photo : Radio-Canada/Étienne Côté-Paluck

Chargement en cours