Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mercredi 11 juillet 2018

Le football, un outil de contrôle social devenu la voix du peuple

Publié le

Les équipes de Tottenham Hotspur et de Sheffield United s'affrontent au Crystal Palace de Londres, le 20 avril 1901.
Photo d'un championnat de soccer au Crystal Palace de Londres en 1901   Photo : Getty Images / Hulton Archive

Pratiqué depuis le Moyen-Âge, le football a été codifié en 1863 dans les écoles anglaises afin de discipliner les élèves, puis transmis aux travailleurs par ces derniers, devenus patrons d'usines, dans le but d'encadrer la main-d'œuvre. Selon l'auteur Mickaël Correia, le sport est devenu une culture prolétaire à mesure qu'il se répandait dans le monde, et est même devenu un mode d'émancipation pour les minorités. En compagnie du journaliste Meeker Guerrier, Mickaël Correia explique à Stéphan Bureau que des politiciens récupèrent également le football pour parfaire leur image.

« Le patronat s’est dit : "On nous a inculqué le football pour nous apprendre les valeurs inhérentes du capitalisme – la division du travail, chacun à son poste, les valeurs d‘obéissance, l’esprit de compétition et d’initiative –. On va inculquer ça aux ouvriers pour qu’à la sortie de l’usine, ils n’aillent pas dépenser leur argent au pub, ou pire encore, se syndicaliser" », raconte Mickaël Correia.

Nouveaux repères
« Ça s’est renversé contre [les patrons], dans le sens où les ouvriers issus de l’exode rural [avaient] besoin de recréer des repères sociaux, et le fait de jouer au foot tous les samedis après-midi, d’aller voir les matchs le dimanche, d’en parler sur les chaînes de montage le lundi matin, petit à petit, a nourri une culture ouvrière naissante et est devenu un élément très structurant au sein du prolétariat britannique », dit aussi l’auteur.

Football contre soccer : la guerre des mots
« Fin 19e siècle, on a décidé d’établir des règles. Ça a donné naissance au rugby, entre autres, relate Meeker Guerrier pour expliquer l’origine du nom "soccer". À partir de là, il fallait trouver un moyen de différencier les deux : le football rugby et le football soccer, à cause du mot "association", qu’on a raccourci pour l’appeler "soc". À l’époque, en Angleterre, on utilisait beaucoup le suffixe "er", […] et c’est devenu "soccer". »

Il indique comment les Américains se sont approprié la variante « soccer » : « Quand le sport a commencé à se répandre, les Américains étaient un peu en froid, si on veut, avec les Anglais. Du fait que d’autres sports commençaient à être populaires aux États-Unis, comme le baseball et ce qui est devenu le football américain, on a continué à utiliser le mot "soccer". En Angleterre, lorsqu’on s’est rendu compte qu’on utilisait le mot "soccer" aux États-Unis, on s’est dit : "Ah, non, ce n’est pas pour nous." Donc, c’est un peu par snobisme qu’on n’a pas utilisé le mot "soccer" en Angleterre. »

Chargement en cours