•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment aider les enfants en communautés fermées

Médium large

Avec Catherine Perrin

Comment aider les enfants en communautés fermées

Audio fil du vendredi 6 avril 2018
Lorraine Derocher au micro de Catherine Perrin.

Lorraine Derocher

Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Lorsqu'un enfant semble isolé de sa famille élargie, de l'école et de la médecine, lorsqu'il paraît faire l'objet d'un contrôle excessif et vivre dans une communauté aux pratiques dangereuses, les proches ne doivent pas hésiter à sonner l'alarme auprès de la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ). La sociologue Lorraine Derocher, auteure du livre Intervenir auprès de groupes sectaires ou de communautés fermées : s'outiller pour protéger les enfants, explique à Catherine Perrin pourquoi il importe de ne pas utiliser le mot « secte » à la légère, et de ne pas tarder à agir.

Selon Lorraine Derocher, l’isolement est le premier critère pour évaluer le degré de dangerosité de la situation d’un enfant. « Plus on est fermé, plus on est isolé, plus c’est dangereux de créer des genres de délires collectifs, souligne-t-elle. Si on mélange un peu de croyances de fin du monde avec ça, vous pouvez voir la dynamique sociale qui peut se créer. L’enfant qui n’a pas contact avec l’extérieur n’a pas de moyen d’être socialisé, et ça peut compromettre son développement. Dans la Loi sur la protection de la jeunesse, l’isolement, lorsqu’il est vécu de manière grave et continue, peut constituer une forme de mauvais traitement psychologique. »

Cercle vicieux
La sociologue estime que les membres de la famille élargie ont plus de pouvoirs qu’ils le croient. Elle démontre l’importance de signaler une situation dangereuse au plus vite : « Ces signalements à la DPJ se font [par] des familles qui ont quitté [les communautés]. C’est déjà trop tard, bien souvent. Quand on réagit, on voit que plusieurs enfants ont été abusés. À force de ne pas signaler les situations, on se retrouve avec des enfants qui vivent une victimisation multiple, ce qu’on appelle dans le jargon une polyvictimisation. Non seulement ils subissent un abus, mais il peut y avoir plusieurs formes d’abus. Les conséquences, sur le plan psychologique, sont assez importantes parce qu’on n’a pas pu intervenir, parce qu’il n’y a pas eu de signalement, parce que les communautés sont fermées. »

Lorraine Derocher donnera une formation sur le thème de l’intervention auprès de groupes sectaires ou de communautés fermées pour protéger les enfants les 24 et 25 mai au Centre St-Pierre, à Montréal, puis les 31 mai et 1er juin à l’hôtel Best Western de Saint-Jérôme. Consultez le site de l’Association québécoise Plaidoyer-victimes pour plus d’information (Nouvelle fenêtre).

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi