Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du jeudi 29 mars 2018

Des femmes racontent ce qui les a façonnées

Publié le

Nicole Kidman, Juliette Gréco et Amélie Nothomb.
Nicole Kidman, Juliette Gréco et Amélie Nothomb sont au nombre des femmes rencontrées par Annick Cojean pour son livre Je ne serais pas arrivée là si....   Photo : Getty / AFP / Grasset

Pour certaines, c'est l'amour de leurs parents. Pour d'autres, c'est l'absence d'un tel amour. Amélie Nothomb, Christiane Taubira, Virginie Despentes, Juliette Gréco, Joan Baez et plusieurs autres femmes parlent des gens et des événements qui leur ont permis d'arriver où elles sont dans Je ne serais pas arrivée là si..., un nouveau livre d'Annick Cojean. L'auteure parle à Catherine Perrin des valeurs de courage et de bienveillance que ces femmes estiment avoir reçues par imprégnation.

« On s’aperçoit, encore une fois, que les discours que les mamans portent à leurs filles très jeunes sont des fondations très fortes, des semences », dit Annick Cojean. Cette dernière raconte l’histoire de la comédienne Nicole Kidman, qui, enfant, devait se rendre à ses cours de théâtre toute seule, sur demande de ses parents, pour leur prouver qu’elle méritait vraiment ces cours. « Je vois la façon dont, maintenant, on fait tellement attention aux enfants. On ne penserait pas les laisser dans les rues tout seuls. Ce qu’on [veut] avoir, il faut le mériter. Ça aussi, ça fait partie des leçons de la vie. »

Libérer la parole
Le livre d’Annick Cojean met aussi en commun plusieurs histoires d’abus sexuels vécues par les personnalités interviewées. Plusieurs d’entre elles rapportent ne pas en avoir parlé sur le coup, par crainte de ne pas être prises au sérieux, ce qui comporte un message, selon l’auteure. « On le dit, on le rabâche : l’importance de libérer la parole, dit-elle. On fait partie d’une même communauté de femmes qui peuvent s’aider radicalement et changer la violence. »

Chargement en cours