•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alexandre Champagne à la défense de Marilou

Médium large

Avec Catherine Perrin

Alexandre Champagne à la défense de Marilou

Audio fil du mercredi 7 mars 2018
Alexandre Champagne au micro de Catherine Perrin

Alexandre Champagne

Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

L'ex-conjoint de la blogueuse à la tête du site Trois fois par jour a publié un commentaire sur Instagram dans lequel il se porte à sa défense et dit souhaiter le bonheur de leur fille. Marilou a récemment annoncé sur la plateforme (Nouvelle fenêtre) une nouvelle grossesse, ce qui a suscité de nombreuses réactions et même des insultes. Catherine Perrin s'entretient avec Alexandre Champagne.

« C’est quand même exigeant de toujours voir des choses sur nous alors qu’on n’a jamais cherché à faire les magazines à potins », dit Alexandre Champagne. Il avoue qu’avant d’annoncer sa séparation, le couple a prétendu qu’il était toujours uni alors qu’il ne l’était plus. « On ne savait pas comment le dire. Il n’y a pas de livre pour apprendre à faire ça. »

Dossier clos
« J’ai voulu prêter main-forte à Marilou, parce que je savais qu’une certaine partie des commentaires allait être [négative], déclare-t-il à propos de son commentaire (Nouvelle fenêtre). « C’était aussi pour clore la discussion, pour [dire] : "On est une famille unie, on s’aime beaucoup et il y a des choses dans la vie qu’on ne peut pas nécessairement prévoir. Merci, bonsoir!" […] J’ai voulu le faire pour détourner l’attention du négativisme de l’événement. »

Problème de longue date
Au sujet des attaques dont Marilou fait l’objet sur les réseaux sociaux, le photographe dit : « Marilou peut devenir un souffre-douleur, parce qu’elle ne répond pas. »

Selon lui, cette attention particulière du public se fait sentir depuis les débuts de Trois fois par jour. « On trouvait ça un peu étrange de faire des recettes de lasagne modifiées et de recevoir des menaces de mort d’une personne qui s’appelle Diane. […] J’ose croire que sur les réseaux sociaux, on peut encore se rallier [à] autre chose que la haine d’une autre personne. On est capable de se dire qu’il y a de belles choses qui arrivent, et qu’on peut les propager. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi