Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mercredi 3 janvier 2018

Hôtel-Dieu, une pièce sans comédiens qui met la souffrance en vedette

Publié le

Alexandre Fecteau, Ana Maria Pinto Barbosa et Jasmin Hains au micro de Marie Grégoire
Alexandre Fecteau, Ana Maria Pinto Barbosa et Jasmin Hains   Photo : Radio-Canada / Jean-Simon Fabien

La nouvelle pièce du collectif Nous sommes ici ne comporte aucun acteur. Elle laisse plutôt la place aux témoignages de gens qui proviennent de milieux divers – comme des infirmiers, des animateurs radio, des étudiants ou des chorégraphes – au sujet de la souffrance et de la mort. En compagnie de l'auteur et metteur en scène Alexandre Fecteau, Jasmin Hains, qui aborde la mort de sa sœur dans la pièce, et Ana Maria Pinto Barbosa, qui parle de son expérience d'être atteinte d'une grave maladie du sang, expliquent à Marie Grégoire que l'œuvre vise à aider le public à apprivoiser le côté sombre de la vie.

Selon Alexandre Fecteau, ce genre de théâtre s’inscrit dans une démarche appelée « théâtre des experts ». « Ce sont des gens qui ont déjà fait un grand chemin pour être capables de transmettre [ce qu’ils ont vécu], dit-il au sujet des participants. Tant mieux si ça leur fait du bien, […] mais je pense surtout qu’ils apportent beaucoup aux gens dans la salle. J’appelle ça du théâtre-vaccin. J’espère que cette rencontre avec la souffrance peut semer des graines chez chacun d’entre nous dans la salle et faire en sorte que, malgré le fait qu’on ne pense pas à la mort, on essaie d’être un peu moins désemparés le jour où on doit faire face à ces situations. »

Jouer pour s’alléger
Jasmin Hains parle dans la pièce du suicide de sa sœur. Il était très proche d’elle et ils travaillaient ensemble à un projet musical. En 2012, Jasmin a participé à des ateliers de théâtre qui ont mené à la création d’Hôtel-Dieu : « On se donne beaucoup, c’est un sujet très personnel, qui gruge beaucoup d’énergie, mais une semaine ou deux après avoir terminé ces laboratoires, je me sentais plus léger, je me sentais mieux. »

En famille
Ana Maria Pinto Barbosa raconte pour sa part sa victoire contre le syndrome hémophagocytaire, une maladie rare qui a bien failli l’emporter. Elle aussi a participé aux ateliers qui ont précédé la pièce. « Quand on sort d’une maladie comme celle-là, on se croit capable de tout, on veut tout faire, on veut manger le monde, se souvient-elle. Je ne suis pas quelqu’un qui parle de cela tout le temps, mais dans la pièce, c’est complètement différent, c’est comme si c’était en famille. Ça fait du bien. »

« C’est la première fois que je fais quelque chose du genre, déclare-t-elle. Je ne suis aucunement artistique. »

La pièce Hôtel-Dieu sera présentée du 16 janvier au 3 février au théâtre Les Gros Becs, à Québec.

Chargement en cours