Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du lundi 2 octobre 2017

Des villes prêtes à tout pour obtenir le deuxième siège social d’Amazon

Publié le

Une partie du siège social d'Amazon, à Seattle, est composé de trois immenses sphères.
Alors que le siège social d'Amazon à Seattle vient d'être agrandi, l'entreprise a annoncé en septembre 2017 la construction d'un deuxième siège social.   Photo : The Associated Press / Elaine Thompson

Amazon a lancé un appel d'offres pour choisir quelle ville aura l'honneur d'accueillir le deuxième siège social de la compagnie. L'économiste Éric Pineault ainsi que la chroniqueuse au journal Les Affaires Diane Bérard s'étonnent qu'une dizaine de villes nord-américaines se lancent dans une course à la séduction de l'entreprise.

Au Canada, Toronto, Montréal et Vancouver aimeraient accueillir le deuxième siège social d’Amazon, aussi appelé HQ2. Des analystes éliminent toutefois d’emblée Vancouver, parce que la ville est trop près du premier siège social de l’entreprise, à Seattle.

Une offre coûteuse pour la ville gagnante
Éric Pineault trouve très ambitieuses les conditions émises par Amazon en échange de l’hébergement de son nouveau siège social. La compagnie veut un terrain gratuit, le financement d’une partie des salaires des employés et un congé d’impôt foncier. De plus, la ville qui recevra Amazon devra l’héberger pour 15 ans.

Comment sait-on ce qui va se passer dans 15 ans? Quelle autre entreprise va avoir émergé? La ville qui va recevoir Amazon, c’est un pari qu’elle prend sur 15 ans.

Diane Bérard, chroniqueuse au journal Les Affaires

Chargement en cours