Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mercredi 14 juin 2017

Michaëlle Jean clarifie son travail, met en garde contre le populisme

Publié le

Michaëlle Jean au micro de Catherine Perrin
Michaëlle Jean   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

La secrétaire générale de l'Organisation internationale de la Francophonie se défend de mener un train de vie excessif. Elle lance également un appel aux peuples pour qu'ils défendent la mondialisation, la démocratie et le respect des libertés individuelles contre les mouvements politiques xénophobes. Michaëlle Jean explique à Catherine Perrin comment on sous-estime les organisations multilatérales internationales.

Elle estime que les critiques dont elle fait l’objet pour les dépenses encourues dans le cadre de ses fonctions relèvent de l’ignorance. Elle rejette vivement les rumeurs voulant qu’elle circule en limousine à l’occasion de sa visite à Montréal, et précise qu’il s’agit plutôt d’un véhicule de la Gendarmerie royale du Canada : « Je prends position tous les jours sur le terrorisme. Tous les jours! Parce que l’espace francophone est frappé durement par la menace terroriste et les menaces asymétriques. Ce que je dis est entendu partout. […] Comme tous les gens dans ma position, oui, [j’ai] une sécurité. Je n’ai pas le choix. »

Éducation nécessaire
Elle ajoute, excédée : « Il faut que quelque part il y ait un travail d’éducation et que l’on comprenne ce que c’est qu’une fonction de diplomatie internationale. »

Mise en garde
L’ancienne gouverneure générale du Canada lance son appel contre le populisme de concert avec ses homologues du Commonwealth, du Secrétariat général ibéro-américain et de la Communauté des pays de langue portugaise. « Dès lors que les États-Unis décident de réduire leur budget de 30 % aux Nations unies, nous, qui travaillons avec les Nations unies sur la lutte contre le terrorisme, sur la prévention de l’extrémisme violent, sur les questions de développement, sur l’atteinte des objectifs de développement durable, sur les opérations de maintien de la paix, nous nous retrouvons affectés par ces positions. La Grande-Bretagne qui sort de l’Union européenne, là aussi, cela [affaiblit] les organisations internationales multilatérales. Ces discours haineux, qui cherchent à exploiter le climat d’austérité, le sentiment d’anxiété dans ce monde en changement, c’est cela, le populisme. »

Chargement en cours