•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La compagnie techno de Drummondville qui aide les aveugles

Médium large

Avec Catherine Perrin

La compagnie techno de Drummondville qui aide les aveugles

Audio fil du mercredi 10 mai 2017
André Dubois et Gilles Pépin et micro de Catherine Perrin

André Dubois et Gilles Pépin

Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Tablettes en braille, appareils GPS parlants, synthétiseurs vocaux... Depuis 29 ans, la compagnie HumanWare conçoit des produits technologiques qui permettent d'améliorer le quotidien des personnes non voyantes. Le chanteur Stevie Wonder est d'ailleurs un de leurs clients. Gilles Pépin, président et fondateur de HumanWare, et André Dubois, assistant technique au sein de la compagnie, lui-même non-voyant, parlent à Catherine Perrin des mille et une spécificités dont ils doivent tenir compte lorsqu'ils développent des produits.

« La première chose que nous avons faite, c’est de développer, en 1988, le premier appareil de lecture pour les aveugles, raconte Gilles Pépin. C’était composé d’un numériseur qui permet de traiter une page en synthèse vocale. À l’époque, la reconnaissance de caractères, c’était tout nouveau. Le premier système qu’on a conçu coûtait 15 000 $. Aujourd’hui, le même système est encore plus performant, tient dans la main et coûte 500 $. »

André Dubois montre la tablette tactile en braille de la compagnie HumanWare.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

André Dubois fait la démonstration de la tablette tactile en braille de HumanWare.

Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

S.O.S. GPS
André Dubois se souvient des premiers systèmes de géopositionnement et de la façon dont ils ont amélioré sa vie. « On regardait quels étaient les besoins encore non comblés des personnes handicapées visuelles. Ça ressortait, ce [besoin] d’être guidé, relate-t-il. En 2004, j’ai eu le premier système GPS disponible à Drummondville. Dans les deux semaines qui ont suivi, j’ai appris plus de rues que [durant] les 4 ans précédents. Ça donne une idée. Je connais [maintenant] les rues autant qu’un chauffeur de taxi. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi