•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les rêves hollywoodiens de Georges St-Pierre

Médium large

Avec Catherine Perrin

Les rêves hollywoodiens de Georges St-Pierre

Audio fil du mardi 28 mai 2019
Georges St-Pierre au micro de Catherine Perrin.

George St-Pierre discute avec Catherine Perrin des défis qui s'offrent à lui en tant qu'athlète d'arts martiaux mixtes nouvellement retraité.

Photo : Radio-Canada / Martin Ouellet

« [Dans ma prochaine carrière], le stress va être là, mais je n'aurai pas le stress d'avoir des blessures », dit Georges St-Pierre, en expliquant à Catherine Perrin quels traits de sa personnalité ont fait de lui un champion, tout en abordant ceux qu'il a dû refouler pour continuer à arborer une attitude de gagnant. L'ancien athlète d'arts martiaux mixtes, qui aura grandement contribué à la popularisation de son sport au Canada, nous parle de ses rêves de cinéma, qu'il souhaite réaliser dans sa deuxième vie.

Le combattant en lui, un miroir de sa personnalité
L’ex-champion du monde l’a souvent dit : il n’a jamais aimé se battre, n’a jamais pris plaisir à faire ce genre de compétition. C’est le plaisir de l’entraînement et de la préparation qui a entretenu la passion de St-Pierre pour les combats.

J’aime la science du combat. Je vois chaque adversaire comme un problème à résoudre.

Georges St-Pierre, athlète d’arts martiaux mixtes à la retraite

Cependant, le stress qui précédait les combats était difficile à endurer. Il admet que cette dévotion entière à l’entraînement – voire une compulsion – ainsi que la peur de l’humiliation qui l’a mené vers les plus hauts sommets restera présente dans sa deuxième vie. Mais le stress ne sera jamais aussi intense que celui éprouvé lorsqu'il redoutait les blessures.

Des projets plein la tête
L'ancien champion a reçu des offres de films intéressantes à Hollywood. Des proches l’ont cependant conseillé d’accepter d'abord de faire des caméos pour apprendre le métier d’acteur. Il souhaite d’ailleurs suivre des cours de jeu afin de s’améliorer. Georges St-Pierre en convient : il est impossible de jouer la comédie du jour au lendemain. C’est pourquoi il n'accepte que de petits rôles afin de ne pas nuire à sa deuxième carrière; il acceptera de plus gros rôles lorsqu’il sera davantage expérimenté.

C’est comme si j’étais ceinture noire dans mon domaine de combat et que je redeviens ceinture blanche dans un domaine complètement différent. Ça me tente! 

Georges St-Pierre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi