Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du vendredi 24 mai 2019

Outiller de jeunes entrepreneurs autochtones pour enrichir leur communauté

Publié le

Deux jeunes regardent des notes dans un cahier.
Une équipe tente de comprendre les limites de leur future entreprise.   Photo : Radio-Canada / Pascale Fontaine

« C'est l'occasion de les amener à un autre niveau », explique fièrement Karine Awashish, l'instigatrice de StartUP Nations, un rassemblement de jeunes entrepreneurs autochtones venant de partout au Québec. Plus de 50 jeunes sont réunis ces jours-ci à l'Université Concordia pour un séminaire qui leur apprend les rouages de l'entrepreneuriat collectif et de l'économie sociale afin qu'ils deviennent des moteurs économiques dans leur propre milieu. Catherine Perrin a joint sur place Karine Awashish, Atikamekw originaire d'Obedjiwan, qui nous parle des formations et des activités offertes durant cet événement.

Au menu : des rencontres éclair professionnelles, ainsi que des rencontres avec des spécialistes du financement, de la gestion de projet et des communications. Et des projets, il y en a! Si les jeunes qui participent à l’événement doivent avoir au préalable une idée en tête, les organisateurs ont laissé carte blanche aux participants, si tant est que l'événement participe à développer leurs milieux de vie.

Oui, répondre à des besoins... mais aussi faire de l’argent et [créer] des belles jobs! 

Karine Awashish, instigatrice de StartUP Nations

Une grande aide pour petits et grands projets
Les équipes sont constituées de 3 à 5 participants de 15 à 35 ans. Certaines participantes à l’événement de l'an dernier ont vu grand : elles travaillent toujours à créer une coopérative d’habitation dans la ville de Québec qui sera destinée aux Autochtones, mais Karine Awashish souligne que de plus petits projets peuvent tout aussi bien voir le jour avec l’aide de StartUP Nations, comme l'implantation d'un café dans une école.

Celle qui porte aussi le chapeau de conseillère en matière d’économie sociale auprès de la Commission de développement économique des Premières Nations du Québec et du Labrador assure que les jeunes seront accompagnés. Une fois le plan d’affaires réalisé, de nombreux outils seront à leur disposition pour concrétiser leurs idées.

Chargement en cours