Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du jeudi 23 mai 2019

Comment l’amour a façonné Hubert Lenoir

Publié le

Hubert Lenoir et Noémie D. Leclerc au micro de Catherine Perrin.
Hubert Lenoir et Noémie D. Leclerc   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Lors de leur rencontre, Noémie D. Leclerc et Hubert Lenoir ont tous deux plongé dans un amour véritable et profond : « J'avais toujours l'impression que je pourrais mourir demain, parce que j'avais vécu cette journée-là », dit l'autrice du roman Darlène. À l'aube de ce qui suivra l'œuvre qui les a fait connaître, les partenaires de création discutent avec Catherine Perrin des effets de l'album et du livre Darlène sur leurs fans.

Se trouver
Si l’autrice décrit davantage la première rencontre du couple comme la découverte d’âmes sœurs plutôt que comme l’amorce d’une romance passionnée, la relation entre les deux artistes n’en est pas moins profonde. Elle compare d’ailleurs la dynamique de son couple avec celles de son entourage en citant l’intensité de la communion artistique et amoureuse qu’elle partage avec Lenoir.

C’est aussi en duo qu’ils reçoivent les commentaires de leurs fans. Ils citent notamment les histoires touchantes que certains transgenres leur racontent, notamment sur l’effet que Darlène a eu sur leur transformation.

C’est quand même assez “hot” de savoir que tu as eu une influence considérable sur une acceptation de soi qui est aussi intense et difficile à faire.

Hubert Lenoir, auteur-compositeur-interprète

Les deux amoureux, qui réfléchissent maintenant à la suite de Darlène, soulignent l’importance que cette œuvre aura eue dans leur vie, tout en craignant les attentes auxquelles ils seront confrontés quand viendra le temps de livrer une nouvelle œuvre.

Quand on a commencé Darlène, on manquait de liberté financière. La chose qu’on pouvait se payer au McDo, c’était un dix croquettes à deux. C’est comme si en gagnant une certaine liberté [...], on s’[était] créé des barrières qui sont peut-être plus dans nos têtes.

Noémie D. Leclerc, autrice et gérante d’Hubert Lenoir

Chargement en cours