•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Japonais changent d’ère avec l’arrivée d’un nouvel empereur

Médium large

Avec Catherine Perrin

Les Japonais changent d’ère avec l’arrivée d’un nouvel empereur

Audio fil du lundi 29 avril 2019
Le prince Naruhito se tient derrière son père, l'empereur Akihito.

L'empereur Akihito s'apprête à laisser le trône à son fils, le prince Naruhito.

Photo : La Presse canadienne / Eugene Hoshiko/AP

Le Japon s'apprête cette semaine à entrer dans une nouvelle ère impériale. Cette transition aura lieu mardi, lors de l'abdication de l'empereur Akihito, et mercredi, lors de la passation au trône de son fils aîné, Nahurito. Valérie Harvey, sociologue fascinée par le Japon, nous explique tout sur cette passation impériale.

L’empereur japonais n’a qu’un rôle symbolique; il n’a aucun pouvoir politique. Depuis 1947, l’accession au trône est réservée aux fils seulement. Or, aucun garçon n’est né entre 1965 et 2006, ce qui a donné quelques sueurs froides à la famille impériale, jusqu’à l’arrivée de Hisahito, le fils de la princesse Kiko et du prince Akishino.

Qui dit nouvel empereur dit changement dans le calendrier officiel du pays. Depuis 1989, le Japon vit à l’ère Heisei. Dès que Nahurito deviendra empereur, l’ère Reiwa s’amorcera.

On change vraiment d’ambiance au Japon quand on change d’ère. C’est ce qui est intéressant.

Valérie Harvey
Une femme et un homme costumés regardent la caméra.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Nahurito, le prochain empereur du Japon et sa conjointe, la princesse Masako

Photo : Getty Images / PATRIK STOLLARZ

La sociologue et auteure Valérie Harvey diffuse depuis dimanche sur son compte YouTube une série de courts documentaires sur la société japonaise, intitulée Konnichiwa (Nouvelle fenêtre).

Elle est l’auteure de deux œuvres publiées par Québec Amérique : le livre jeunesse L'ombre du Shinobi, qui raconte une histoire de ninjas et de guerrières dans un Japon nordique, et un livre pour enfants de la poétesse Misuzu Kaneko, qu’elle a traduit du japonais et qui s’intitule Nous sommes tous différents et nous sommes tous beaux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi