•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’école où les élèves turbulents ont une deuxième chance

Médium large

Avec Catherine Perrin

L’école où les élèves turbulents ont une deuxième chance

Audio fil du mercredi 13 mars 2019
La cour d'école de l'école Saint-François, à Québec.

La cour d'école de l'école Saint-François, à Québec

Photo : Picbois Productions

Troubles d'opposition, de conduite ou d'apprentissage, stress post-traumatique, personnalités obsessives compulsives... L'École Saint-François, à Québec, accueille des élèves qui ont été expulsés des établissements d'enseignement ordinaires pour ces raisons ou d'autres. Brigitte Trudel, directrice de l'École Saint-François, Larry Moses, père d'un enfant qui fréquente cette école, et Sabrina Hammoum, réalisatrice du documentaire Une place pour eux, expliquent à Catherine Perrin comment l'établissement créé un sentiment d'appartenance chez les élèves comme chez les enseignants.

« Ça prend une personnalité pour travailler à Saint-François, reconnaît Brigitte Trudel. Au-delà de la formation, ça prend l’intelligence émotionnelle pour se dire : "Derrière ces insultes-là, il y a un enfant en détresse. Tout ce qu’il veut, c’est que je le réconforte, que je le sécurise et que j’aille au-delà [de ses problèmes de comportement]. Parce que si je ne vais pas au-delà, je suis en train de lui dire, justement : "Je t’abandonne, je ne te sécurise pas et tu n’en vaux peut-être pas la peine." »

On fait tout ce que font les autres écoles, et même plus. Il y a un club de course, il y a du basketball parascolaire, il y a des voyages scolaires… On ne s’arrête pas au comportement [des élèves] en se disant : "Oh non, on ne peut pas sortir avec eux, ça va être épouvantable!"

Brigitte Trudel

La métamorphose d’Olivier

Père d’un enfant atteint d’un trouble du spectre de l’autisme, Larry Moses s’est longtemps demandé s’il avait fait le bon choix en envoyant son fils dans un endroit aussi chaotique. « Ça a pris quatre ans, dit-il. Ça a été très, très difficile. Pour un autiste, une école comme Saint-François, c’est très compliqué. »

Mais le parent a fini par noter des changements dans le comportement de son fils, qui a, depuis, réintégré l’école ordinaire : « Il a commencé à parler d’amis. Ça faisait plusieurs années qu’on avait vu Olivier s’intégrer et […] avoir des conversations au téléphone. On a fait : "Ah, c’est particulier." »

Sabrina Hammoum au micro de Catherine Perrin.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Sabrina Hammoum

Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Un pour tous, tous pour un

En tournant le documentaire Une place pour eux sur le quotidien à l’École Saint-François, Sabrina Hammoum a constaté que de réunir des enfants différents avait du bon.

« Avant, ils étaient ceux qui étaient à l’écart, ceux qui étaient sortis de la classe, note-t-elle. Ils étaient plutôt isolés des autres. Alors que là, tout d’un coup, ils ont tous des difficultés différentes, mais en même temps, ils ont chacun leur plan de match. Le sentiment d’appartenant est vraiment présent. Avant, ils étaient exclus et leur estime d’eux-mêmes était basse. »


Le documentaire Une place pour eux sera diffusé le 25 mars à 21 h sur Unis TV. Il sera également présenté le 16 mars à 15 h et le 17 mars à 17 h à la Cinémathèque québécoise, à Montréal.

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi