Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du vendredi 22 février 2019

Ces petits gestes qui permettent d’épargner facilement

Publié le

Nicolas Bérubé au micro de Catherine Perrin.
Nicolas Bérubé   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Pour s'assurer un confortable coussin financier, il faut dépenser moins que l'on gagne, faire des placements à intérêts composés et connaître la différence entre un train de vie et la richesse. Nicolas Bérubé enseigne ces principes et maints autres dans Les millionnaires ne sont pas ceux que vous croyez, un livre qui recèle les secrets de millionnaires qui se sont enrichis à partir de salaires aussi modestes que 30 000 $ par année. Le journaliste explique à Catherine Perrin que le point commun de plusieurs millionnaires est de ne pas avoir vu leur chèque de paie comme un feu vert pour dépenser.

« L’argent est un pouvoir, dit Nicolas Bérubé. Quand on voit de belles choses autour de nous, on a le goût d’utiliser notre pouvoir pour se procurer ces choses-là; c’est normal, c’est humain. […] Ce que j’ai compris, en parlant aux millionnaires, c’est que ce sont des gens qui n’ont pas vu ce pouvoir-là comme un chèque en blanc. Ces gens-là économisent à peu près la moitié de leur revenu sans se forcer. Quand on investit dans des fonds négociés en bourse – par exemple, des investissements pas compliqués [dans] de grandes compagnies canadiennes ou américaines – qu’on laisse travailler ça sans porter attention aux marchés ni essayer de jouer les Warren Buffett… En faisant ça sur 15, 20, 25 ans, on fait boule de neige. »

Épargner tout son salaire, c’est extrême, mais n’épargner rien l’est aussi. Et ça, on n’en parle jamais.

Nicolas Bérubé

Petit montant va loin

Le journaliste reconnaît qu’il est plus facile d’épargner dès la vingtaine, mais précise qu’il n’est pas trop tard si l’on est plus âgé. « La première étape, c’est de regarder où va notre argent, souligne-t-il. Tout le monde connaît son salaire, mais personne ne connaît le montant de ses dépenses. Ce n’est pas super excitant de faire cet exercice, mais les études montrent que c’est beaucoup plus efficace que de faire un budget. De mois en mois, de l’été à Noël, les dépenses changent beaucoup, mais en suivant ses dépenses […], beaucoup de gens sont capables d’aller chercher quelque chose. »

Chargement en cours