Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mardi 19 février 2019

Guy Rocher, l’homme qui a aidé à éduquer le Québec

Publié le

Le sociologue Guy Rocher au micro de Catherine Perrin.
Guy Rocher   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Il a siégé à la commission Parent, qui a recommandé de confier l'éducation à l'État, et a participé à la rédaction de la Charte de la langue française. Artisan de l'État-providence, le sociologue de 94 ans était un fervent catholique et un conservateur qui, devant un Québec en profonde mutation, a dû revoir ses positions. En compagnie de l'ex-ministre Pierre Duchesne, qui signe sa biographie intitulée Voir, juger, agir, Guy Rocher raconte à Catherine Perrin comment la mort de son père, alors qu'il avait 8 ans, a influencé son parcours.

« L’éducation, avant le rapport Parent, était d’abord un système très élitiste, explique Guy Rocher. Ça favorisait de 5 à 10 % de la population – celle qui était capable de faire ce qu’on appelait le cours classique, qui durait huit ans [et] qui était très exigeant. […] Pour le reste, pour la grande majorité de la population, c’était l’enseignement primaire, parfois même pas terminé. Et donc, au Québec, en 1960, les Canadiens français étaient les moins scolarisés au Canada. Ç’a été notre choc, quand on a commencé à travailler. C’était un système qui avait vraiment besoin d’être remis en marche, et surtout, il fallait préparer une main-d’œuvre pour l’économie québécoise, qui était en pleine mutation. »

Pierre Duchesne au micro de Catherine Perrin.
Pierre Duchesne Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Honorable remise en question

« Pour Guy Rocher, le cours classique symbolise une présence paternelle importante, souligne Pierre Duchesne. Le même homme, parce qu’il voit que ça ne suffit pas à l’ensemble des Québécois, lorsqu’il est à la commission Parent – cet homme qui est plutôt de droite, conservateur, qui a fait des études à Harvard – voit la situation et dit : "Les cours classiques, ça suffit." Pour moi, ça a du mérite. La personne a vu et a profité d’un système, mais considère que si c’était bien pour lui, ça ne veut pas dire que c’était bien pour l’ensemble. »

L'ex-ministre Pierre Duchesne et le sociologue Guy Rocher.
Pierre Duchesne et Guy Rocher Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Chargement en cours