Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du lundi 18 février 2019

Nathalie Simard emprunte un virage avec Je veux vivre

Publié le

Une femme devant un micro regarde la caméra en souriant légèrement.
Nathalie Simard   Photo : Radio-Canada / Ronald Georges

« On traite des sujets qui ne sont pas faciles à entendre », dit Nathalie Simard de Je veux vivre, qui vise à sensibiliser la population à toutes les formes de violence, en s'associant avec la maison d'hébergement pour femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants La Bouée, située à Lac-Mégantic. Je veux vivre prend la forme d'une trilogie : un disque de chansons originales, un livre qui rassemble des témoignages de victimes de violence, ainsi qu'une conférence-spectacle.

« Les chansons [de Je veux vivre] ont leur raison d’être. Elles sont porteuses de messages d’espoir, mais elles suivent aussi les sujets », explique la chanteuse et conférencière.

La survivante

Nathalie Simard confirme que les agressions cessent dès que la victime prend la parole.

Tant qu’on ne parle pas, on est une victime, parce qu’on est sous le joug de son agresseur. […] La minute que tu en parles, tu te libères.

Nathalie Simard

Toutes les formes de dénonciation sont bonnes, dit-elle, en nommant une foule de centres d’aide aux personnes victimes de violence.

L'album, ainsi que le livre de témoignages Je veux vivre, seront en vente à compter du 12 février sur les plateformes de téléchargement et en magasin.

Chargement en cours