Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du jeudi 7 février 2019

Comment les non-voyants perçoivent la beauté

Publié le

Vytautas Bucionis Jr et France Poulin au micro de Catherine Perrin.
Vytautas Bucionis Jr et France Poulin   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Quand la vue manque à l'appel, l'ouïe, le toucher, l'odorat, mais aussi les souvenirs d'images du passé, lorsqu'on a la chance d'en avoir vu, prennent le relais. Autour du documentaire Beauté aveugle, qui explore comment les personnes aveugles vivent la séduction et le plaisir des sens, la réalisatrice Mariane McGraw, la professeure France Poulin et le musicien Vytautas Bucionis Jr expliquent à Catherine Perrin que la société nord-américaine se sert trop peu des sens autres que la vue.

France Poulin, qui a commencé à perdre la vue dans la quarantaine, se sert parfois de souvenirs pour évoquer ce que quelqu’un tente de lui décrire, mais elle se fie maintenant surtout à ses autres sens. « Si je marche avec une amie et que je dis : "Ça sent les fraises et la coriandre", elle va me dire : "Oui, il y a un étal avec ça dehors." Elle les a vus, elle sait déjà; moi, c’est avec mon nez [que je découvre mon environnement]. »

Désormais, ce sont donc ses autres sens qui déterminent si quelque chose est joli.

Souvent, je vais prendre le bras d’une personne et, par la texture du tissu, je vais dire : "C’est beau, ce que tu portes."

France Poulin

Inspiration multisensorielle

D’origine lituanienne, Vytautas Bucionis Jr. croit que c’est l’explosion de Tchernobyl qui a causé le cancer qui lui a fait perdre la vue à l’âge de 2 ans. Très tôt, il s’est réfugié dans la musique, mais l’ouïe est loin d’être sa seule source de plaisir.

« Notre environnement est rempli de très belles textures, note-t-il. Si l'on porte attention à toutes les stimulations […] qui s’offrent à nous, je crois qu’on jouit beaucoup plus de la vie. La pluralité des sens fait en sorte qu’on perçoit plus de beauté. En pleine nature, [on trouve] de la richesse en touchant la moindre plante. Ça me donne de l’inspiration multisensorielle. »

Mariane McGraw au micro de Catherine Perrin.
La réalisatrice Mariane McGraw Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Lumière

Mariane McGraw se demandait depuis longtemps comment les non-voyants apprivoisent la nature, l’art et la séduction. « J’avais envie de faire un documentaire lumineux, dit-elle. On n’a pas besoin de perdre la vue pour apprécier les choses autrement. »

Le documentaire Beauté aveugle sera présenté le 10 février à 19 h, le 12 février à 20 h, le 14 février à 20 h, le 13 février à 15 h et le 16 février à 8 h sur AMI-Télé.

Chargement en cours