Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du vendredi 25 janvier 2019

Louis Vachon et l’importance du facteur humain en finance

Publié le

Louis Vachon au micro de Catherine Perrin.
Louis Vachon   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Depuis sa nomination comme président de la Banque Nationale, en 2007, il a vu l'arrivée de l'iPhone, de 37 % de millénariaux dans ses effectifs (contre seulement 17 % de baby-boomers), de même qu'un transfert des investissements vers les énergies renouvelables. L'arrière-petit-fils de la fondatrice des pâtisseries Vachon explique à Catherine Perrin qu'il faut savoir prendre des risques et mettre la culture et le talent de l'avant pour répondre aux défis technologiques, démographiques et climatiques de notre monde.

« La base de l’économie et de la société, c’est la nature humaine, affirme Louis Vachon. Le facteur humain sera toujours, même dans une révolution technologique, le principal facteur de différenciation. Les cultures d’entreprise, les promotions, comment on encourage les gens à travailler ensemble, combien on les rémunère, les codes d’éthique… Tout ça fait partie d’un ensemble. J’ai beaucoup de compétiteurs qui parlent de technologie. Moi, je parle de culture et de technologie. Je parle des deux, mais je dis toujours que la culture, c’est numéro un. »

Le crédit est un instrument de développement économique important lorsqu’il est bien utilisé. Quand il est mal utilisé, ça peut devenir un boulet.

Louis Vachon

Le prix du risque

Au sujet de l’aventure Téo Taxi, présentement en mauvaise posture, Louis Vachon estime que la Banque Nationale a fait ses devoirs en investissant dans Taxelco, l’entreprise qui a lancé le service. « Ça démontre que dans certains cas, on prend des risques, un peu, aussi, dit-il. Une banque qui n’a aucun prêt en difficulté ne joue peut-être pas son rôle. D’un autre côté, une banque qui a trop de prêts en difficulté devient aussi un problème pour la société – on l’a vécu aux États-Unis en 2008. Notre job, c’est d’encourager l’évolution climatique et tous les changements, mais sans trop se mettre dans le trouble. Vous comprendrez que la ligne n’est pas grosse. »

Chargement en cours