Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mardi 22 janvier 2019

Le besoin de réconfort de Joël Legendre

Publié le

Joël Legendre au micro de Catherine Perrin.
Joël Legendre   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

« Ç'a été un raz-de-marée dans ma vie, une claque dans la face, un déséquilibre incroyable que j'ai vécu. » Le nouveau livre de l'animateur et comédien, La force insoupçonnée du réconfort, a été inspiré par l'acte d'indécence pour lequel il a été mis à l'amende en 2015. Il rapporte avoir suivi plusieurs thérapies pour sortir de l'état de panique dans lequel il se trouvait alors. Joël Legendre dit à Catherine Perrin que son désir de partage est plus fort que la honte.

Depuis son interpellation pour des gestes indécents commis dans un parc de Longueuil, Joël Legendre a expérimenté plusieurs types de thérapie. Il en a ainsi appris beaucoup sur lui-même. « Je pense qu’on arrive sur Terre avec un bagage de bon et de moins bon. Une blessure que j’avais depuis la naissance, c’était la honte, dit-il. Rapidement [durant mon enfance], je me suis rendu compte que j’étais différent des petits garçons de mon rang. Je ne voulais pas, moi, reprendre la ferme comme mes autres amis. Je voulais danser la claquette. »

Par son métier de comédien, il a appris à dissimuler la honte, mais pas à la guérir.

Je me suis dit : "Ah, on ne verra pas que j’ai honte." J’ai caché cette honte-là. Je suis devenu parfait. Comme un athlète olympique, je ne me permettais pas d’arriver en retard, je ne me permettais pas de ne pas savoir mes textes. À un moment donné, il faut que ça craque. Il faut un exutoire. La vie se charge tout le temps de te ramener ce que tu n’as pas réglé.

Joël Legendre

La tête dans le sable

Dans ses recherches, l’artiste a notamment essayé la thérapie par le sable. « Quand on arrive sur le bord de la mer ou dans un carré de sable, aussitôt que notre pied ou notre main touche au sable, on redevient enfant, explique-t-il. Il y a quelque chose de très ludique là-dedans. Alors, cette thérapie, c’est tout simplement 3000 objets qui sont dans de grandes armoires. On est assis face à une petite table, et sur la table, il y a une espèce de bac avec du sable; on va juste chercher des objets et on crée notre propre histoire avec le sable. C’est tout simple. »

C’est toutefois la psychothérapie dite classique qui s’est avérée la plus efficace pour lui.

Chargement en cours