Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du vendredi 7 décembre 2018

Des vins à boire par temps froid, selon Élyse Lambert

Publié le

Gros plan sur les bouteilles sélectionnées par la Master Sommelier Élyse Lambert.
Les choix d'Élyse Lambert   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

« Je veux vous faire découvrir un blanc qui va savoir nous réchauffer », dit la première Master Sommelier québécoise. « Pour moi, le vin répond beaucoup aux saisons; on boit beaucoup en fonction de la température. » Elle recommande à Catherine Perrin un Côtes du Roussillon qui renferme un peu du soleil du sud de la France, ainsi qu'un rouge de la ville de Montalcino, en Italie.

Pour entendre la deuxième partie de la chronique d’Élyse Lambert, suivez ce lien.

Les choix d’Élyse Lambert

Tout pour plaire

« C’est un grand vignoble qu’ils ont, les Lafage », dit Élyse Lambert au sujet des producteurs de la Cuvée Centenaire. « On est sur un assemblage de grenache blanc, de grenache gris et de roussane. C’est un produit qui a des notes qui rappellent la fleur d’oranger, la poire et la pêche. C’est un vin qui a une sapidité, qui a le soleil du Roussillon, mais en même temps, une certaine salinité. Le point d’équilibre a été joliment trouvé avec ce vin. On a du gras, de la texture, mais pas de lourdeur. […] Il y a un tout petit peu de boisé qui amène une pointe grillée. »

La spécialiste recommande de le servir avec un tajine, des plats mijotés au poulet ou du tofu.

Élégant, traditionnel et… surprenant

« Les amateurs de pinot noir, vous allez vous régaler avec ce san giovese, indique Élyse Lambert à propos du Il Grappolo. Si vous vous attendez à un vin riche, plein, puissant et tanique, ce n’est pas ce qui vous attend; c’est tout l’inverse. C’est l’élégance, c’est la pureté du san giovese, avec des notes qui rappellent le noyau de cerise, la prune… [Ce vin a] un côté très, très fin, avec une brillante acidité qui va être vraiment magnifique avec la tomate. Je parle ici à ceux qui aiment les chiantis, à ceux qui aiment les brunellos. […] On n’est pas du tout marqué par le bois. »

Chargement en cours