Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du vendredi 30 novembre 2018

Joueurs : Marie Monge revitalise le film de jeu, dit le tandem Privet-Faradji

Publié le

Gros plan sur les visages de Stacy Martin et de Tahar Rahim dans cette image tirée du film <i>Joueurs</i>, de Marie Monge.
Stacy Martin et Tahar Rahim dans Joueurs, de Marie Monge   Photo : The Film

« C'est un film sur la passion et l'addiction. Où se termine la passion et où commence l'addiction », dit Georges Privet au sujet du premier long métrage de Marie Monge. « Elle plonge là-dedans avec une habileté folle. [...] On la sent, la piqûre. Ce n'est pas un film sur l'ivresse de la victoire; c'est l'ivresse de ne pas gagner, mais de perdre. Pour moi, Marie Monge utilise très bien les ressources du cinéma. » Helen Faradji est tout à fait d'accord : « Elle débarque dans le cinéma français avec beaucoup d'aplomb. C'est très rafraîchissant à voir. »

Il est également question des films Prosecuting Evil: The Extraordinary World of Ben Ferencz, de Barry Avrich, et The House That Jack Built, de Lars Von Trier.

Chargement en cours