Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mardi 13 novembre 2018

La dépendance à l’exercice physique existe bel et bien

Publié le

Un homme noue les lacets de ses souliers de course, assis sur une marche d'escalier.
Un homme attache ses souliers de course.   Photo : iStock

Lorsque le besoin de faire du sport empiète sur la vie personnelle, sociale et professionnelle d'une personne, on est en présence d'une dépendance et non d'un simple plaisir ou d'une saine habitude. Selon Sonia Lupien, une telle dépendance est comparable à celle qu'on pourrait avoir à une drogue ou au jeu. La chercheuse en neurosciences explique à Catherine Perrin que ce phénomène survient lorsqu'on stimule constamment le système de récompense du cerveau.

« En augmentant de manière constante la dopamine, des drogues ou les comportements vont mener à une activation constante du [système] de récompense, ce qui va augmenter le plaisir, indique Sonia Lupien. Vous allez alors avoir cette roue [de la dépendance] qui va commencer à tourner. »

Un problème qui vient rarement seul

Selon la chercheuse, les personnes souffrant d’une telle dépendance présentent souvent une comorbidité. « De 15 à 20 % des personnes qui ont des dépendances à l’exercice physique ont des dépendances à d’autres drogues : la nicotine, l’alcool, le café, les stimulants… Il y en a qui ont aussi une dépendance au magasinage ou au sexe, révèle-t-elle. La plus fréquente, c’est bien sûr les troubles alimentaires : l’anorexie. En général, […] l’exercice physique extrême ne sert qu’à nourrir l’anorexie, donc, à faire maigrir. C’est ce qu’on appelle l’anorexie athlétique. »

Racines psychologiques

Bien qu’il soit possible qu’une dépendance au sport soit due à un système de récompense plus sensible, Sonia Lupien indique que la cause est plus probablement psychologique. « Les gens qui font de l’exercice dans le but de s’évader d’un milieu de vie qui ne rend pas heureux, ou de s’évader d’un sentiment négatif, comme le stress, sont plus susceptibles de développer une dépendance », dit-elle.

Béquille

Les effets de l’exercice sur l’estime de soi peuvent également créer une dépendance. « Des chercheurs ont montré que les gens qui ont une faible estime d’eux-mêmes et qui commencent à faire de l’exercice physique augmentent [celle-ci], note la spécialiste. À ce moment-là, l’exercice sert de béquille pour régler autre chose. »

Il est également question d’un article sur comment se trouver un psychologue en ligne.

Chargement en cours