Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du vendredi 26 octobre 2018

Vins : quoi boire pour moins de 15 $, selon Élyse Lambert

Publié le

Gros plan sur les bouteilles sélectionnées par la Master Sommelier Élyse Lambert.
Les choix d'Élyse Lambert   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

« Alain Brumont, pour moi, c'est une locomotive. » La première Master Sommelier québécoise salue ces producteurs qui, comme ce viticulteur français de deuxième génération, savent apporter les produits de leur terroir au plus grand nombre, tant sur le plan du prix que du goût. Elle propose à Catherine Perrin un blanc du Sud-Ouest de la France et un rouge portugais à petit prix, à boire en distribuant des bonbons aux enfants le soir de l'Halloween.

Pour entendre la deuxième partie de la chronique d’Élyse Lambert, suivez ce lien.

Les choix d’Élyse Lambert

Alliage gagnant

« Ce qu’il y a d’intéressant du gros manseng, c’est que c’est un cépage qui a quand même un certain gras. Avec le côté aromatique du sauvignon blanc, ça fait des partenaires de route franchement intéressants », dit Élyse Lambert au sujet de sa première sélection, signée Brumont. Elle recommande de le servir avec un ceviche. « À 11, 65 $, on ne peut pas faire mieux. Sérieusement, je suis sans mots! […] C’est intéressant, c’est très pamplemousse sur le nez; on a un côté qui est très herbe fraîche, c’est la lime, c’est frais, c’est croquant. Si vous aimez le sauvignon blanc, vous allez être en voiture avec ça. »

Mûr et authentique

« La péninsule ibérique dans son ensemble reste, à mon avis, l’endroit où l’on trouve le meilleur rapport qualité-plaisir », affirme la spécialiste au sujet du lieu d’origine du Tons Duorum. « [Les producteurs du Douro] ont des fois plus de surface, une façon de travailler, aussi, qui leur permet d’avoir des prix intéressants. […] C’est un produit super craquant, on est sur des notes de fruits noirs, c’est le bleuet, c’est la framboise noire, c’est les petits fruits, c’est mûr, c’est vraiment racoleur au nez, sans aller dans l’extrême, dans quelque chose de trop traficoté. Ça reste très authentique du Douro. »

Elle conclut : « C’est travaillé avec un tout petit peu de boisé, mais ce sont des fûts qui ont deux, trois ans, donc, on n’a pas un vin marqué par le bois. Il a de jolis tanins patinés, il a de la fraîcheur. Tout est au rendez-vous! »

Le Salon des vins d’importation privée aura lieu du 27 au 29 octobre à Montréal, et le 30 octobre à Québec.

Chargement en cours