•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’humain suréquipé pour goûter l’amertume

Médium large

Avec Catherine Perrin

L’humain suréquipé pour goûter l’amertume

Audio fil du mardi 16 octobre 2018
Une mine trahissant un fort goût d'amertume.

Un homme fait la moue après avoir goûté quelque chose d'amer.

Photo : getty images/istockphoto / kimberrywood

L'être humain aurait 25 gènes voués aux récepteurs des saveurs amères, contre deux à trois récepteurs qui peuvent détecter le sucré. En plus de la langue, ces récepteurs tapissent l'ensemble du tractus digestif et même la surface des poumons. Cette capacité très développée de repérer l'amertume nous permet notamment de détecter les plantes toxiques et autres dangers de la nature. Marianne Desautels-Marissal explique à Catherine Perrin que de bloquer des récepteurs pourrait faciliter la prise de médicaments pour les enfants et les personnes âgées.

Il est également question de l’effet de l’humain sur l’évolution des autres espèces.

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi