Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du vendredi 5 octobre 2018

A Star is Born : un conte de fées efficace, selon Faradji-Privet

Publié le

Lady Gaga et Bradley Cooper chantent en tête-à-dans cette image tirée du film <i>A Star is Born</i>, de Bradley Cooper.
Lady Gaga et Bradley Cooper dans A Star is Born, de Bradley Cooper   Photo : Warner Bros. Pictures

La quatrième fois n'est pas de trop, si l'on en croit Helen Faradji et Georges Privet. Elle pourrait même être la meilleure, selon le second. Réalisé par l'acteur Bradley Cooper, cette nouvelle mouture d'un film déjà fait en 1937, en 1954 et en 1976 a tous les ingrédients d'un conte de fées moderne réussi. Nos critiques de cinéma expliquent à Catherine Perrin pourquoi Lady Gaga a le profil parfait pour incarner Ally, une jeune chanteuse de l'ombre révélée par une idole sur le déclin.

« On a vraiment les ingrédients intemporels. On a la magie. On a l’impression que tout ce qui arrive à cette jeune Ally est un peu tombé du ciel, dit Helen Faradji. Lady Gaga chante sa vie dans ce rôle-là. Elle n’a pas l’élégance de Judy Garland ou l’espièglerie de Barbra Streisand. Elle est plus dans le registre de la vraie fille. Si je suis honnête avec vous, elle n’a pas grand-chose à jouer. Elle chante beaucoup, beaucoup. Pour moi, Bradley Cooper a plus à jouer qu’elle, et je le trouve plus intéressant. »

Ce qui, pour moi, est un petit peu moins intéressant, dans ce film-là, c’est la mise en scène de Bradley Cooper, qui est très années 1970.

Helen Faradji

Gaga pour Gaga

« Lady Gaga joue remarquablement bien, fait valoir Georges Privet. Je ne serais pas étonné qu’elle soit dans la course aux Oscars. Bradley Cooper a eu une idée géniale : le meilleur moyen de convaincre qu’une étoile est née est d’aller chercher une étoile qui existe déjà et de la démaquiller. Ça marche à fond la caisse. »

C’est presque le meilleur effet spécial de l’année : voir Lady Gaga telle qu’elle est. C’est un peu la version unplugged de Lady Gaga.

Georges Privet

Malin

« C’est un film très malin, de toutes sortes de manières, souligne le critique. C’est le fun de voir un réalisateur qui laisse le temps aux scènes d’exister. Le repli vers l’esthétique du cinéma des années 70 contribue au côté intemporel, conte de fées de l’affaire. »


Il est également question des films Venom, de Ruben Fleischer, et At First Light, de Jason Stone.

Chargement en cours