Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mardi 25 septembre 2018

Un lien entre le stress des professeurs et celui des élèves

Publié le

Dessins d'une enseignante visiblement débordée.
Une étude confirme l'existence d'un lien entre le stress vécu par les professeurs et celui qui est vécu par les élèves.   Photo : iStock / kencor04

Plus un enseignant est stressé, plus ses élèves le sont aussi, selon des chercheurs de l'Université de la Colombie-Britannique. Selon Sonia Lupien, ces travaux font écho à un rapport de la Commission de la santé mentale du Canada, à un sondage syndical de la Commission scolaire de Montréal ainsi qu'à ses propres travaux. Elle incite maintenant les partis en campagne à proposer des solutions. La chercheuse en neurosciences explique à Catherine Perrin le phénomène de « résonnance du stress » pour démontrer que ce qui se passe en classe peut rendre malade.

En 2000, l’équipe de Sonia Lupien avait démontré l’existence du débordement du stress parental sur les enfants. En 2012, la littérature scientifique a confirmé l’existence d’une « résonnance du stress », soit une forme de contagion du stress chez les membres d’une même famille. Selon Sonia Lupien, l’étude de l’Université de la Colombie-Britannique suggère que ce phénomène se produit également en classe.

Deux côtés d’une même médaille

« La première façon dont on pourrait interpréter ces résultats, c’est de dire que de passer la majorité de sa journée en interaction avec un enseignant très stressé est taxant pour les élèves, indique la chercheuse. Mais l’inverse est aussi vrai : ces résultats pourraient aussi être interprétés en disant que les professeurs qui enseignent à des classes dans lesquelles il y a beaucoup de jeunes très, très stressés est ce qui mène à l’épuisement chez les profs. »

Effets immédiats

Elle croit maintenant qu’il faut tirer l’alarme, puisque 60 % des jeunes Canadiens de 12 à 17 ans disent vivre un stress énorme, et la moitié des professeurs de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) pensent à quitter leurs fonctions d’ici 5 ans en raison des conditions de travail et de leur épuisement.

« Clairement, ce que ça nous dit, c’est qu’il va falloir qu’on s’occupe de nos professeurs, plaide la spécialiste. Non seulement pour la qualité de l’enseignement donné à nos enfants, mais si ces effets de débordement fonctionnent, il y a des effets sur la santé mentale. »

Chargement en cours