Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mercredi 8 août 2018

La petite histoire des fausses nouvelles

Publié le

Une photo de Jeff Yates dans le studio de l'émission La sphère.
Jeff Yates, alias l'inspecteur viral, se spécialise dans la vérification des faits.   Photo : Radio-Canada / Karl-Philip Vallée

« Quand j'ai fait mon premier reportage sur le sujet, en 2014, il a fallu que j'explique à mes collègues que des gens inventent des choses sur le web pour faire des clics. » Le chroniqueur spécialisé en vérification des faits Jeff Yates explique que le phénomène de la désinformation est devenu un sujet dont on discute largement dans la sphère publique depuis l'élection américaine de novembre 2016.

« L'expression "fake news" [fausses nouvelles] est rentrée dans le lexique populaire au cours des deux dernières années. Avant, peu de gens parlaient de ça. »

Le président américain, Donald Trump, a joué un rôle important dans la popularisation de l’expression. Le 11 janvier 2017, il a refusé de répondre aux questions d’un journaliste du réseau CNN, arguant qu’il s’agissait d’un média qui fait de la désinformation.

« M. Trump a utilisé cette expression pour attaquer la crédibilité des médias. On a vu d’autres gouvernements dans le monde utiliser cette excuse pour critiquer des reportages qui les critiquent. »

Le chroniqueur trouve ironique que les internautes qui crient à la désinformation partagent à l’occasion des articles de grands médias « quand ça fait leur affaire. Tout d’un coup, Radio-Canada devient une source fiable », dit-il en souriant.

Chargement en cours