Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Stéphan Bureau
Audio fil du mardi 10 juillet 2018

Comment les oiseaux luttent contre la chaleur

Publié le

Des moineaux se baignent par une chaude journée d'été.
Des moineaux batifolent dans une baignoire à oiseaux.   Photo : iStock

La faune aviaire compense l'absence de glandes sudoripares par un système de sacs aériens qui agissent comme des minipoumons, mais aussi en haletant comme le chien ainsi qu'en écrasant ses plumes contre son corps, entre autres. Pierre Gingras, journaliste spécialisé en horticulture et en ornithologie, explique à Stéphan Bureau que les bains pour oiseaux peuvent vraiment aider nos amis ailés à passer les périodes de chaleur extrême.

« Dans certains cas, ils ne vont pas se baigner nécessairement, mais le fait de tremper les pattes dans l’eau [crée] un échange avec le sang qui fait qu'ils peuvent expulser la chaleur », indique Pierre Gingras à propos de l’effet de la baignade chez les oiseaux.

Le contraire de la chair de poule

Il décrit un autre mécanisme : « L’oiseau, l’hiver, est tout grassouillet [parce qu’il] gonfle ses plumes pour se protéger [du froid]. L’été, il fait exactement le contraire : il s’écrase les plumes sur le corps pour évacuer la chaleur. Il va aussi ouvrir les ailes ou encore se dresser vraiment les plumes, le derrière au vent, pour que celui-ci entre dans le plumage. »

Un peu plus haut, un peu plus loin

« Les urubus et les vautours, eux, se laissent bercer par les courants ascendants, poursuit le spécialiste. Si vous montez à 1000 mètres, ou même 1000 pieds d’altitude, vous allez voir que la température est très, très différente. Dans le désert – on parle de températures qui atteignent jusqu’à 50 °C –, ils vont essayer de trouver des trous de rongeurs ou de mammifères fouisseurs pour se cacher durant tout le jour et profiter de l’ombre, sinon, ils vont littéralement crever. »

D’autres espèces d’oiseaux, enfin, parviennent à expulser une partie de la peau de leur gorge par le bec pour mieux s’aérer.


Il est également question des Mosaïcultures de Gatineau.

Chargement en cours