Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du vendredi 6 juillet 2018

Des vins de soif à déguster à la chaleur, selon Élyse Lambert

Publié le

Gros plan sur les bouteilles sélectionnées par la Master Sommelier Élyse Lambert.
Les choix d'Élyse Lambert   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

La canicule qui a frappé le pays cette semaine a beau être terminée, elle n'a pas moins inspiré la première Master Sommelier du Québec dans ses choix de vins cette semaine. Élyse Lambert s'est arrêtée sur ce qu'elle appelle un vrai grand rosé, issu d'une appellation injustement méconnue à son sens, le bandol, ainsi qu'un rouge d'appellation fleurie qu'elle considère être un superbe vin d'été. Elle présente ses choix à Stéphan Bureau.

Pour entendre la deuxième partie de la chronique d’Élyse Lambert, suivez ce lien.

Les choix d’Élyse Lambert

Identité complexe
« Mes amis amateurs de vins me disent toujours : "Le rosé, c’est banal!" Et c’est ce que je trouve un peu dommage. Ça peut être complexe, et ici, c’est le cas, dit Élyse Lambert au sujet du bandol du domaine Bunan. Son prix à 28 $, pour moi, n’est pas une barrière, puisque c'est un produit qui a sa pleine identité, qu’on comprend à travers [son côté] aromatique, à travers, aussi, sa salinité. Pour moi, c’est un rosé de gastronomie. […] On est sur de l’assemblage avec cinsault, grenache et mourvèdre. On n’est pas loin de la mer, on a un côté salin dans ce vin-là, et c’est un rosé qui est bien sûr complètement sec, parce que la Provence ne fait pas de rosé avec des sucres résiduels. »

Le Beaujolais renouvelé
« Aujourd’hui, pour moi, le Beaujolais est une région à redécouvrir, déclare la spécialiste à propos du fleurie de Jean-Paul Brun. Jean-Paul Brun vinifie depuis 1979. C’est quelqu’un qui est dans le paysage du Beaujolais depuis des années, qui fait son petit bout de chemin et que j’apprécie parce qu’il travaille ses Beaujolais comme des Bourgognes. […] Ici, on est sur un vin qui a de la finesse, de l’élégance, de la race. Il travaille sur des levures indigènes. Ce que j’aime de lui, c’est l’expression des terroirs. C’est un gamay qui est patiné, facile sans être banal, avec un côté qui moi, m’a beaucoup, beaucoup plu. Servez-le légèrement rafraîchi. »

Chargement en cours