•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nés il y a 60 ans, les Schtroumpfs continuent de marquer l'imaginaire

Médium large

Avec Catherine Perrin

Nés il y a 60 ans, les Schtroumpfs continuent de marquer l'imaginaire

Audio fil du lundi 11 juin 2018
Une murale montrant les personnages des Schtroumpfs.

Une femme passe devant une murale montrant les personnages des Schtroumpfs au Centre belge de la bande dessinée, à Bruxelles, en Belgique.

Photo : Getty Images / Emmanuel Dunand

Les Schtroumpfs, ces célèbres petits lutins bleus créés par Peyo en 1958, fêtent cette année leur 60e anniversaire de naissance. La chroniqueuse Judith Lussier, le chroniqueur Jean-Dominic Leduc, Éric Chagnon, président et cofondateur de l'Académie Dolfino, et Olivier Arendt, journaliste à la Radiotélévision belge de la Communauté française (RTBF), mettent en perspective ce phénomène planétaire.

Un groupe qui véhicule de belles valeurs

Selon Olivier Arendt, les bandes dessinées des Schtroumpfs ont toujours véhiculé de belles valeurs, et c’est pour cette raison, entre autres, que les petits lutins bleus ont connu un succès si important auprès du public. « Ils vivent en communauté, chacun a un peu sa place avec un rôle défini, c’est basé sur l’entraide : ce sont quand même des valeurs importantes, et ils ont un lien très fort avec leur village. […] Ce sont des valeurs qui ont vraiment transcendé l’œuvre de Peyo », note-t-il.

La Schtroumfette, un personnage stéréotypé

Judith Lussier pose pour sa part un regard féministe sur l’univers des Schtroumpfs, notamment en analysant le personnage de la Schtroumpfette. Alors que la moitié de l’humanité est composée de femmes, la chroniqueuse déplore qu’il y ait seulement un personnage féminin dans la bande dessinée, une tendance qui s’observe aussi, fait-elle remarquer, dans d’autres univers de bandes dessinées ou de dessins animés. Selon Judith Lussier, les bandes dessinées des Schtroumpfs, tout comme les films, véhiculent certains messages toxiques pour les enfants. C’est le cas dans un des films, où le personnage de la Schtroumpfette est grandement érotisé, au grand plaisir des Schtroumpfs qui la regardent.

Les Schtroumpfs et le mentorat

De son côté, Éric Chagnon se sert des figurines des Schtroumpfs dans ses séances de mentorat. Les petits lutins bleus permettent ainsi aux participants de porter un regard extérieur sur leurs problèmes vécus au quotidien. Pendant une séance, les participants pigent au hasard la figurine d’un Schtroumpf, et ils analysent ensemble l’émotion dudit Schtroumpf. Cela permet d’extérioriser les problèmes que vivent les participants, de remettre les choses qu’ils vivent en perspective et de les aider à prendre conscience de leurs propres émotions, explique Éric Chagnon.

Gargamel, Grand Schtroumpf et la SchtroumpfetteAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Gargamel, Grand Schtroumpf et la Schtroumpfette font rire et réfléchir les amateurs de BD depuis 60 ans.

Photo : Radio-Canada / Pascal Michaud

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi