•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quels vins boire avec le homard, selon Élyse Lambert

Médium large

Avec Catherine Perrin

Quels vins boire avec le homard, selon Élyse Lambert

Audio fil du vendredi 18 mai 2018
Gros plan sur les bouteilles sélectionnées par Élyse Lambert.

Les choix d'Élyse Lambert

Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

« À grand vin, grand plat, et à grand plat, grand vin. [...] Je ne prendrais pas du Pétrus avec un hamburger, disons. » La première Master Sommelier du Québec propose aux invités deux vins qui conviendront au homard, dont la saison bat maintenant son plein : un bourgogne à base de chardonnay, qu'elle considère comme étant le meilleur cépage pour accompagner le crustacé à pinces, ainsi qu'un rosé français déjà bien connu ici, mais dont le nouveau millésime vient d'arriver. Élyse Lambert présente ses choix à Catherine Perrin.

Pour entendre la deuxième partie de la chronique d’Élyse Lambert, suivez ce lien.

Les choix d’Élyse Lambert

Compagnons naturels
« Je suis tombée sur un produit de la Bourgogne à 22 $; je me suis dit : "Wow, on a réussi à faire quelque chose de vraiment bien", dit Élyse Lambert au sujet du Hautes-Côtes de Beaune de Chartron & Trébuchet. C’est un millésime 2016 avec une jolie acidité, après 2015, qui était un peu plus opulent, un peu plus riche, un peu plus rond. On se retrouve avec un millésime [qui a] une belle tension, une belle acidité qui garde la bouche fraîche. […] Le homard, souvent, est accompagné d’un peu de beurre. Les textures beurrées de ce vin vont être un très joli rappel. Mais aussi, le homard a une belle pointe saline, un côté presque sucré. Le chardonnay et le homard, c’est juste très, très bon. »

Floral, frais, digeste et sec

« C’est un produit qui est sur le point de devenir un chouchou. D’année en année, il fait toujours bonne figure », fait valoir la spécialiste au sujet du Château La Lieue 2016, qu’elle recommande plus particulièrement avec la guédille de homard ou de crevettes de Matane. Les producteurs font partie des précurseurs du travail en bio, ça fait déjà 40 ans qu’ils sont dans cette lignée. […] On est sur une dominance de cinsault, un cépage qui réussit super bien pour les rosés, qui amène des rosés pas trop bonbon. On a de belles notes qui rappellent l’abricot. Il y a un côté floral qui est intéressant, un côté très frais, très digeste. Le vin est complètement sec. La bonne nouvelle, c’est qu’à 17,80 $, on peut en acheter quelques bouteilles. »

Le Concours du meilleur sommelier des Amériques aura lieu du 21 au 24 mai, à Montréal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi