Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du jeudi 10 mai 2018

Vins : quoi boire pour la fête des Mères, selon Élyse Lambert

Publié le

Gros plan sur les bouteilles sélectionnées par Élyse Lambert.
Les choix d'Élyse Lambert   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

« J'arrive avec des propositions qui vont faire le bonheur des gens pour le brunch. » La première Master Sommelier québécoise réalise que la fête des Mères est souvent célébrée le matin et a donc choisi des sélections en conséquence. Elle fait déguster aux invités du studio 18 un nouveau mousseux italien, bio et végane, ainsi qu'un rosé français qui ne restera pas longtemps sur les tablettes de la SAQ. Élyse Lambert présente ses choix à Isabelle Craig.

Pour entendre la deuxième partie de la chronique d'Élyse Lambert, suivez ce lien.

Les choix d’Élyse Lambert

Un prosecco vraiment pro
« Dix-sept dollars quatre-vingt-quinze pour de la belle bulle, c’est difficile à trouver, déclare Élyse Lambert pour parler du prosecco Terre di Marca. C’est fait avec un cépage qui s’appelle le glera. C’est un cépage qui amène des notes de poire. C’est floral. Ça a de belles notes qui rappellent la pomme jaune, la Granny Smith. C’est frais, c’est élégant, c’est droit, c’est croquant, et ce n’est pas trop cher, parce que [ses producteurs] travaillent selon une méthode qui s’appelle la cuve close. […] La deuxième fermentation se fait dans une grande cuve plutôt que dans des petites bouteilles individuelles, ce qui permet d’avoir des économies d’échelle intéressantes, mais aussi de bien exprimer le glera avec toutes ses notes de fruit blanc. »

Coup de cœur rosé
« C’est un produit dont le sérieux m’a désarçonnée, dit-elle à propos du Bastide de la Ciselette Bandol. C’est du vrai très bon vin. […] Pour moi, c’est un rosé qui va à table et qui va prendre toute sa place avec quiches [et] salades. On a une pointe florale, un côté un peu abricot avec, en bouche, non pas une acidité, mais une salinité. Ça amène une bouche qui a de la texture, qui est portée par cette salinité-là, qui nous fait saliver et qui appelle la nourriture. »

Chargement en cours