Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Stéphan Bureau
Audio fil du mardi 13 mars 2018

Comment couper le sucre dans votre alimentation

Publié le

Une femme tient des cubes de sucre dans ses mains.
De nombreux aliments que nous consommons tous les jours sont remplis de sucre.   Photo : iStock

Pour manger moins sucré, commencez par votre café. Lesley Chesterman révèle que c'est par le jus, les crêpes, les granolas et les autres aliments du petit déjeuner que la plupart des gens consomment le plus de sucre ajouté. La critique gastronomique propose un plan d'un mois pour réévaluer les quantités de sucre dans ce qu'on mange. Elle explique à Catherine Perrin pourquoi il est inutile de se concentrer sur un seul aliment, et pourquoi il vaut mieux avoir une approche globale.

« Cinquante grammes de sucre, c’est un quart de tasse de sucre. […] C’est le maximum par jour que le gens devraient prendre. C’est un Coca-cola, souligne Lesley Chesterman. Mais 25 grammes, c’est l’idéal. C’est plus réaliste et on parle de moins de deux cuillérées à table de sucre.

« On n’est pas conscient de ce qu’on mange, dit-elle aussi. Il faut premièrement éliminer tous les sucres ajoutés pour un mois. Ensuite, vous allez incorporer seulement ceux qui sont essentiels pour vous. »

Le café au banc des accusés
« Pour les gens qui mettent du sucre dans le café, si c’est du café de bonne qualité, vous pouvez y aller doucement, propose-t-elle. Si à la fin d’un mois, c’est impossible [de vous en passer], vous pouvez recommencer [à en mettre], mais peut-être allez-vous perdre votre goût pour le sucre. »

Des chiffres et des lettres
Selon elle, il est important d’apprendre à lire les étiquettes. C’est ainsi qu’on peut constater combien il y a de sucre dans un aliment en apparence santé, comme les granolas. « Ça, ça vaut la peine de les faire maison, ajoute-t-elle. Même pas besoin de couper un oignon! Il s’agit juste de les assembler et de les mettre au four. C’est assez simple et c’est beaucoup moins cher. »


Il est également question de la mort de Ruth Wilensky, cofondatrice du restaurant montréalais Wilensky’s.

Chargement en cours