•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

<em>Chien de garde</em>&nbsp;: un film énergique, selon Georges Privet

Médium large

Avec Catherine Perrin

Chien de garde : un film énergique, selon Georges Privet

Audio fil du vendredi 9 mars 2018
Thédore Pellerin dans <i>Chien de garde</i>, de Sophie Dupuis

Thédore Pellerin dans Chien de garde, de Sophie Dupuis

Photo : Babas Photography via Axia Films

« C'est difficile de trouver les mots pour parler de ce film, parce que c'est un choc. Ça fait longtemps que je n'ai pas été aussi agréablement surpris, charmé par le début d'un film québécois. On saute dans ce film comme dans un train en marche », dit Georges Privet au sujet du premier film de Sophie Dupuis. « Théodore Pellerin est un acteur extraordinaire. Il a un rôle très, très payant, mais il le joue de manière particulièrement intelligente et mémorable. [...] C'est un peu la version Forcier ou Lauzon de Mean Streets. »

Il est également question des films A Wrinkle in Time, d’Ava DuVernay, et Thoroughbreds, de Cory Finley.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi